Почиње изградња бразилске подморнице за нуклеарни напад Алваро Алберто

La découpe de la première tôle du Álvaro Alberto, le sous-marin nucléaire d’attaque brésilien codéveloppé avec la France, a donné lieu, le 4 octobre, à une cérémonie au sein des chantiers navals ICN d’Antigua. Le navire, qui est le premier SSN développé par un pays non membre permanent du Conseil de sécurité des Nations Unis, doit entrer en service d’ici à 2031.

À ce jour, seules cinq marines mettent en œuvre des sous-marins à propulsion nucléaire, en l’occurrence, les membres permanents du Conseil de Sécurité des Nations Unis.

En effet, à l’instar des avions de combat, ou des missiles balistiques intercontinentaux, la conception et la construction de SSN n’est en rien un sport de masse, certains considérants ces submersibles à propulsion nucléaire, comme la pièce d’ingénierie la plus complexe construite par l’homme à ce jour.

Dotés d’une autonomie presque illimitée, capable de rester en plongée pendant des mois, et de maintenir des vitesses très élevées, les SSN offrent, en effet, des performances exceptionnelles, en faisant un système d’arme unique pour les grandes marines mondiales.

Le programme de sous-marin nucléaire d’attaque brésilien assisté par le français Naval Group

Il n’y a rien de surprenant, dans ces conditions, à ce que les pays émergents les plus avancés, comme l’Inde, la Corée du Sud, l’Australie ou encore le Brésil, produisent d’importants efforts pour s’en doter, quitte parfois à devoir sacrifier des pans entiers de compétences militaires pour cela.

Sous-marin nucléaire d'attaque brésilien
La conception de l’Alvaro Alberto fut validée en novembre 2020. La tranche nucléaire centrale est entièrement conçue par le Brésil, qui dispose d’une importante industrie nucléaire civile.

Dans ce domaine, la France semble s’imposer comme un partenaire performant et crédible, pour accompagner ces marines et industries navales, dans le développement des compétences industrielles et technologiques pour concevoir de tels navires.

Ainsi, depuis plusieurs mois, tout indique que Paris et New Delhi ont entrepris d’intenses négociations afin d’accompagner le programme visant à procurer à la Marine indien 6 sous-marins nucléaires d’attaque, en plus de sa flotte de sous-marins d’attaque à propulsion conventionnelle et AIP, pour faire face aux nouveaux Type 039 pakistanais, et surtout à la modernisation rapide de la Marine chinoise.

Mais c’est avec le Brésil que la France a initialement collaboré dans ce domaine. Si le programme de SSN brésilien trouve ses racines au début des années 1970, c’est à partir de 2008, et la signature avec la France du contrat donnant naissance au programme PROSUB.

Celui-ci prévoit la construction locale de quatre sous-marins de type Scorpene, d’une base navale dédiée à Antigua, ainsi que l’assistance française dans la conception du programme SN-BR pour concevoir et construire le sous-marin nucléaire d’attaque brésilien.

Le sous-marin Alvaro Alberto et les chantiers navals ICN

L’architecture du sous-marin fut présentée à l’automne 2020, en présence de représentants français. La composante nucléaire du navire sera intégralement de conception brésilienne.

sous-marin Riachuelo brésilien de type Scorpene
La Marine brésilienne disposera en 2027 de 4 sous-marins de la classe Riachuelo de type Scorpene construits localement par ICN

Остало је 75% овог чланка за читање, претплатите се да бисте му приступили!

Logo Metadefense 93x93 2 Constructions Navales militaires | Brésil | Coopération internationale technologique Défense

Лес Класичне претплате обезбеди приступ
чланци у њиховој пуној верзији, И без реклама,
од 1,99 €.


За даље

1 КОМЕНТАР

Коментари су затворени.

ДРУШТВЕНЕ МРЕЖЕ

Последњи чланци