La Marine Chinoise aura reçu 8 nouveaux destroyers sur la seule année 2021

On le sait, l’industrie navale militaire chinoise est extrêmement performante depuis plusieurs années. Ainsi, de 2017 à 2020, elle avait permis à la Marine Chinoise d’accepter au service actif pas moins de 21 destroyers, soit 3 fois plus de navires de ce type que ceux entrés en service au sein de l’US Navy, de la Marine sud-coréenne, de la Royal Australian Navy et des Forces navales d’auto-défense japonaises sur la même période. Loin de ralentir le rythme, elle établit un nouveau record en 2021 avec pas moins de 8 destroyers livrés aux Forces Navales de l’Armée Populaire de Libération, ou plus exactement, 3 croiseurs Type 055 et 5 destroyers anti-aériens Type 052DL, deux classes de navire n’ayant strictement rien à envier aux plus puissantes unités navales occidentales. Il s’agit du plus grand nombre de destroyers jamais livré en une seule année ces 50 dernières années, le précédent record datant de 1994 lorsque l’US Navy perçue simultanément 6 destroyers de la classe Arleigh Burke.

La rythme plus que soutenu des chantiers navals chinois ne semblent pas destiné à diminuer dans les mois et années à venir. Ainsi, selon les médias chinois, une nouvelle commande portant sur 8 croiseurs Type 055 et 16 destroyers Type 056DL auraient été signifiée en fin d’année aux chantiers navals du pays, de sorte à maintenir le rythme des livraisons actuelles. En outre, un nouveau lot de frégates Type 054A a également été commandé l’année dernière, et les livraisons ont débuté cette année, alors que 20 corvettes Type 056 en service au sein de la marine chinoise ont été transférées cette fin d’année aux gardes cotes, de sorte à libérer les équipages pour armer les nouveaux bâtiments de haute mer en cours de construction.

Les destroyers anti-aérien Type 052DL dispose d’un hangar hélicoptère allongé permettant d’accueillir le nouvel hélicoptère naval Z-20 et d’un nouveau radar de veille aérienne basse fréquence conçu pour détecter les appareils furtifs

Si ce rythme est maintenu jusqu’en 2026, et il n’y a aucune raison de penser que cela ne sera pas le cas, la Marine chinoise disposera alors, en matière de navires de surface combattant, de 16 croiseurs Type 055, de 42 destroyers anti-aériens Type 052 tous types confondus, dont 24 Type 052DL en version allongée, et de 50 frégates Type 054A, soit une force navale sensiblement équivalente à celle dont disposeront l’US Navy et ses alliés australiens, néo-zélandais, japonais et sud-coréens dans le Pacifique. L’équivalence de force sera également atteint, ou proche de l’être, dans le domaine des navires amphibies. Il ne restera aux forces navales occidentales guère que leur flotte sous-marine et aéronavale pour garder l’ascendant sur la Marine chinoise, alors même que celle-ci ne représentait pas 1/5ème des forces de ces mêmes alliés en 2000.

Au delà des capacités industrielles sans équivalent dont dispose Pékin, on constate, et l’épisode du transfert des corvettes Type 056 est là pour le démontrer, que l’expansion de la Marine Chinoise commence à se heurter à d’autres facteurs, en particulier à celui des ressources humaines. Avec « seulement » 225.000 hommes et femmes dans ses rangs, contre 350.000 pour l’US Navy, la Marine chinoise va rapidement désormais atteindre un plafond de verre en terme de format, non extensible si ce n’est en augmentant les effectifs eux-mêmes, ce qui, pour l’heure, ne semble pas d’actualité pour les autorités chinoises, ou en augmentant drastiquement l’automatisation au sein des navires de sorte à en réduire le format des équipages. Ainsi, un destroyer Type 052D s’appuie encore dur un équipage de 270 marins, là ou une frégate FREMM de même tonnage n’en requiert que 130. En outre, l’extreme vélocité avec laquelle les nouvelles unités sont produites, armés en nouveaux systèmes et équipages, laisse planer, notamment pour les experts du Pentagone, un doute certain quant aux capacités de combat réelles dont elles disposent aujourd’hui, et dont elles disposeront durant toute la phase de montée en puissance.

Les frégates de lutte anti-sous-marine Type 054A constituent la colonne vertébrale de la lutte anti-sous-marine de haute mer de la Marine chinoise. Elle disposera de lus de 50 de ces navires à horizon 2027.

Reste que, dans ce domaine, la Marine chinoise a montré, ces dernières années, d’importantes capacités d’adaptation, de progression et de coordination, avec notamment des statistiques d’incidents à la mer comparables à celles de marines très expérimentées comme l’US Navy ou la Royal Navy, et une activité très intense en matière d’exercices, le plus souvent accompagnés de tirs de munitions réelles. En outre, elle a su très rapidement prendre en compte les contraintes liées à l’emploi de ses porte-avions mais également de ses nouveaux navires d’assaut, en adaptant la formation de ses équipages et personnels, avec une efficacité remarquable. Il semble donc raisonnable de ne pas surestimer ce critère dans l’évaluation comparée de la puissance militaire effective de la Marine Chinoise présente et en devenir, et ce d’autant que tout porte à croire qu’elle est encore loin d’avoir atteint l’ensemble de ses objectifs, que ce soit en terme de format et d’efficacité.

A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR