L’hypothèse F-35 va-t-elle réapparaitre en Allemagne ?

La nouvelle coalition au pouvoir en Allemagne a publié, hier, l’accord de coalition qui constitue le contrat global autour duquel les Sociaux-Démocrates, les Verts et les Libéraux se sont entendus pour gouverner le pays ensemble. Le document de 177 pages traite de nombreux aspects économiques, sociaux, environnementaux et de politique internationale. A l’inverse du discours de politique générale présenté par chaque nouveau gouvernement français, cet accord de coalition constitue un engagement ferme sur lequel la coalition de gouvernement s’est entendue et engagée, et chaque paragraphe, chaque mot y a été sous-pesé. La dimension défense y est naturellement traitée, tout comme la dimension européenne de ce dossier. Toutefois, de nombreux éléments contenus dans ce texte, ainsi que des événements récents connexes, laissent penser qu’Olaf Scholtz et ses alliés sont, si pas engagés, tout au moins ouverts à re-évaluer l’hypothèse de l’acquisition de F-35 pour la Luftwaffe pour remplacer une partie de ses Tornado.

Rappelons qu’en mars 2020, le gouvernement d’Angela Merkel avait arbitré en faveur de l’acquisition de 90 Typhoon ainsi que de 45 F/A 18 E/F Super Hornet et EA-18G Growler de l’américain Boeing pour remplacer les quelques 85 panavia Tornado encore en service au sein de la Luftwaffe, ainsi que les premiers lots de Typhoon dont la modernisation était jugée trop onéreuse pour les amener au standard multi-missions de la tranche 3B. Cette annonce avait fait de nombreux remous au sein de l’OTAN et outre Atlantique, qui privilégient toujours l’acquisition de F-35A en lieu et place des Super Hornet et Growler, afin d’assurer les missions de suppression des défenses anti-aériennes et surtout les missions de frappe nucléaire dans le cadre de l’OTAN. Mais Angela Merkel partageait l’avis d’Emmanuel Macron et des autorités françaises, selon lequel l’arrivée du F-35 en Allemagne constituerait à terme une menace pour le bon déroulement du programme de chasseur de nouvelle génération SCAF.

Afin de remplacer les Tornado dédiés aux missions de frappes nucléaires dans le cadre de l’OTAN, Berlin avait annoncer privilégier l’acquisition de F/A 18 E/F Super Hornet

Rappelons également que, pour l’heure, les seuls appareils qualifiés pour mettre en oeuvre la nouvelle bombe nucléaire B-61-12, celle-là même qui remplacera les bombes nucléaires mk4 et mk7 actuellement mises en oeuvre par les F-16 belges, néerlandais et turcs, et par les Tornado allemands et italiens dans le cadre de l’OTAN, sont les F-35A et les F-15E Strike Eagle. Le Super Hornet ne peut emporter cette munition, et à ce jour, aucune campagne de qualification de l’appareil n’a été annoncé par les autorités américaines. De fait, le choix d’Angela Merkel de privilégier le Super Hornet et le Growler face au F-35A constituait un pari potentiellement risqué, pouvant amener l’Allemagne à être exclue, si pas définitivement, en tout cas temporairement, des missions de partage nucléaire de l’OTAN. Le sujet était d’autant plus sensible une fois les élections législatives passées, quet la formation d’une coalition intégraitnt les Verts allemands traditionnellement anti-nucléaires, laissant craindre des positions hostiles de Berlin à ce sujet. Les tractations ont donc été intenses ces derniers jours, et l’allusion de Jens Stoltenberg, le Secrétaire Général de l’OTAN, à la possibilité pour l’Alliance de déplacer une partie de ces bombes nucléaires controlées par le système des doubles clés, une aux mains des Etats-Unis, l’autre du gouvernement des forces aériennes qui transportent la munition, n’est probablement apparue sans contexte.


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès gratuit intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits ». Les « Brèves » sont accessible gratuitement 48 à 72 heures. Les abonnés ont accès aux articles Brèves, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels.

Connectez-vous ————— Abonnez-vous

Abonnement Mensuel 5,90 € / mois – Abonnement Personnel 49,50 € / an – Abonnement étudiant 25 € / an – abonnement professionnel 180 € / an – Sans engagement de durée.


A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR