L’US Air Force va tester un laser à haute énergie à partir d’un gunship AC-130J Ghostrider

Au début de la guerre du Vietnam, l’US Air Force déploya un nouveau concept d’avion de combat, le Gunship, initialement un avoine transport C-47 Dakota de la seconde Guerre Mondiale bardé de mitrailleuses de sabord et destiné à appuyer les forces d’infanterie au sol engagées dans de rude combat contre l’adversaire Viêt-cong. C’est ainsi que naquit l’AC-47 Spooky, qui devint l’une des armes principales des Air Commando Squadron. Mais il s’avéra rapidement évident que le C-47 était trop vulnérable pour cette mission alors que l’intensité des combats augmentait, avec pas moins de 19 appareils détruits, dont 12 par le feu adverse, sur les 41 aéronefs engagés au Vietnam entre 1064 et 1968. L’US Air Force confia alors à Lockheed Martin, pour la cellule, et à Boeing pour le système d’arme, la mission de convertir le nouveau C-130 Hercule pour cette mission. Le premier AC-130 Gunship II décolla en 1966, et il rejoignit l’US Air Force au Vietnam dès le mois de septembre 1967, ce qui en dit long sur les capacités d’ingénierie de l’époque, même sans conception assistée par ordinateur ni jumeaux numériques. Les nouveaux appareils entamèrent rapidement leurs premières missions au dessus du Laos et du Cambodge, notamment pour neutraliser la célèbre piste « Oh-Chi-Minh » qui permettait d’alimenter en vivres et materiels la guérilla Viêt-cong au sud-Viêtnam.

L’AC-130 fut intensément employé lors de la fin de la Guerre du Vietnam, et 6 appareils furent abattus par l’artillerie anti-aérienne et les missiles sol-air du Viet-minh. L’un d’eux fut notamment perdu en marge de la mission « Bat 21 » rendue célèbre par le film éponyme, visant à récupérer le navigateur Gene Hambelton, éjecté et seul survivant d’un EB-66 frappé par un missile SA-2 nord-vietnamien en mars 1972. Pour autant, l’AC-130 continua d’évoluer jusqu’à la version AC-130H Spectre, qui emportait 2 canons Gatling de 20 mm, un canon Bofors L60 de 40 mm, et un obusier de 105 mm M102, couplés à des systèmes électro-optiques à basse intensité de lumière ultra-modernes pour l’époque, conférant à l’appareil une puissance de feu à la hauteur de la légende qu’il allait former, l’appareil et ces descendant ayant participé à la majorité des engagements militaires américains depuis cette date. La dernière version de cet appareil, entrée en service en 2018 et désignée AC-130J Ghostider, emporte un canon automatique de 30 mm GAU-13/A (celui qui équipe notamment les blindés CV90 suédois, finlandais et suisses), un obusier M102 de 105mm, et un lanceur-multiples de munitions armé de 10 missiles AGM-176 Griffin ou de bombes guidées légères GBU-44/B Viper Strike, ainsi que de missiles air-sol AGM-114 Hellfire et de bombes guidées planantes GBU-39 ou GBU-53 en points d’emport sous les ailes, conférant à l’appareil une puissance de feu de précision sans équivalent.

Gros plan sur les armes du C-130E Spectre, avec l’obusier M102 de 105 mm, le canon L60 Bofors de 40 mm, et le canon de 20mm Gatling

Pourtant, l’US Air Force n’entendait pas s’arrêter là. Face à la montée en puissance rapide des systèmes sol-air, mais également des drones et des blindés robotisés, il lui fallait doter son Ghostrider d’un système d’arme à la fois puissant, très précis, versatile aussi bien contre des cibles aériennes et terrestres, et compatible avec l’espace disponible et la configuration de l’appareil. C’est pour cela qu’elle confia en 2019 à Lockheed-Martin la mission de concevoir un système de laser à haute énergie destiné à prendre place à bord de l’appareil, peut-être en lieu et place de l’obusier de 105 mm. Le 6 octobre 2021, Lockheed a annoncé que son Airborne High Energy Laser était désormais prêt, et avait été transféré à l’US Air Force pour y être testé, évalué avec les autres équipements armant l’appareil, puis intégrer à bord d’un AC-130J Ghostrider.


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès gratuit intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits ». Les « Brèves » sont accessible gratuitement 48 à 72 heures. Les abonnés ont accès aux articles Brèves, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels.

Connectez-vous ————— Abonnez-vous

Abonnement Mensuel 5,90 € / mois – Abonnement Personnel 49,50 € / an – Abonnement étudiant 25 € / an – abonnement professionnel 180 € / an – Sans engagement de durée.


A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR