Sous-marins Indiens : la compétition à ne pas rater pour Naval Group

Après le retrait de Kockums et de son sous-marin A26 Océanique en début d’année 2020, c’est désormais au tour de l’allemand TKMS et de son Type 214 de jeter l’éponge dans la compétition indienne P75i qui vise à construire 6 sous-marins océaniques à propulsion anaérobie AIP dans les chantiers navals du pays, avec une importante dimension de transfert de technologie. Il reste 4 constructeurs engagés dans cette compétition : l’espagnol Navantia avec le S-80 Plus, le sud-coréen Huyndaï avec le DSME-3000 dérivé de la classe Dosan Ahn Changho, le Russe Rubin avec la classe Amur, et le SMX 3.0 du français Naval Group, dérivé du sous-marin nucléaire d’attaque Suffren et du programme Shortfin Barracuda qui a fait la une de l’actualité ces dernières semaines après le changement de posture de plus en plus contesté de l’Australie en faveur de submersibles américains ou britanniques à propulsion nucléaire.

Pour le constructeur naval français, ce programme indien revêt donc une importance stratégique, non seulement du point de vue commercial, mais également du point de vue technologique, pour rester un acteur majeur sur le marché des sous-marins à propulsion conventionnelle de plus en plus contesté ces dernières années, avec l’arrivée de nouveaux acteurs comme la Chine (Type 039), le Japon (classe Taïgei) ainsi que l’Espagne (S-80 plus) et la Corée du Sud (classe Dosan Ahn Changho). Ces deux derniers participent d’ailleurs à cette compétition, alors que, signe des temps, deux acteurs traditionnels de ce marché, la Suède et l’Allemagne, ont préféré s’en retirer. Depuis plusieurs mois, les commentateurs indiens semblent considérer que la décision se fera, dans cette compétition, entre les deux partenaires traditionnels de l’industrie navale indienne, la Russie et la France. Et, comme nous le verrons, l’offre française a de nombreux atouts à faire valoir, à la hauteur des enjeux.

Les atouts du Barracuda SMX 3.0

Le principal atout dans le dossier français vient du sous-marin lui-même. Désigné pour l’heure SMX 3.0, il s’agit d’une version dérivée du Shortfin Barracuda, incorporant les dernières avancées technologiques développées pour le programme de SNA de la classe Suffren de la Marin Nationale, aujourd’hui incontestablement l’un des meilleurs sous-marins de ce type, notamment pour les missions « Hunter killer », c’est à dire la chasse aux sous-marins adverses. De fait, le SMX 3.0 est le plus imposant sous-marin parmi les 4 navires proposés, avec une longueur de presque 85 mètres et de 8,5 mètres de diamètres, et un deplacement de plus de 3500 tonnes en plongée. Le navire est conçu pour offrir les performances les plus proches de celles d’un SNA tout en restant à propulsion conventionnelle AIP. Ainsi, comme le Suffren, il pourra naviguer à vitesse élevée de manière silencieuse grâce à son Pump-Jet, une hélice carénée qui permet de réduire la diffusion sonore et la cavitation de l’hélice propulsive. L’énergie du navire sera fournie par le nouveau module AIP FC2G développé par Naval Group, ainsi que sur les nouvelles batteries Ion-Lithium développées en coopération avec SAFT, pour offrir une autonomie en plongée de plusieurs semaines, et des vitesses de deplacement proches de celles d’un SNA.

Le SMX 3.0 est dérivé du concept SMX 0cean, qui prévoyait déjà l’intégration de VLS

En outre, la longueur et le volume disponible à bord du SMX 3.0 offrent d’importantes capacités pour intégrer des systèmes de lancement verticaux, ou VLS, et ainsi mettre en oeuvre le missile supersonique lourd Brahmos. Initialement présentée comme une option souhaitée par New Delhi, ce besoin s’est aujourd’hui imposé comme un impératif ferme, ceci expliquant peut-être le retrait de TKMS, alors que le missile Brahmos de 8m40 de long aurait nécessité un profond redesign du Type 214 proposé. Dernier atout de taille pour le SMX 3.0, les SNA de la classe Suffren qui commencent à entrer en service au sein de la Marine Nationale, et qui partagent beaucoup de technologies avec le modèle proposé à New Delhi, afin, notamment, de démontrer le potentiel de certaines technologies clés, comme le Pump-Jet, le controle en croix de saint-andré, ou le revêtement anéchoïque qui couvre le navire pour absorber les ondes sonores, notamment face aux sonars actifs.

Les atouts de Naval Group en Inde


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès gratuit intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits ». Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels.

Connectez-vous ————— Abonnez-vous

Abonnement Mensuel 5,90 € / mois – Abonnement Personnel 49,50 € / an – Abonnement étudiant 25 € / an – abonnement professionnel 180 € / an – Sans engagement de durée.


A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR