Comment le nouveau drone sous-marin de Naval Group va redéfinir le combat naval ?

A la suite de l’annulation du contrat australien portant sur la conception et la fabrication de 12 sous-marins à propulsion conventionnelle de la classe Attack dérivée du Shortfin Barracuda, le constructeur naval français Naval Group était dans une posture peu enviable, tant son image internationale avait été altérée par cette décision. Certains commentateurs anglo-saxons y virent même l’opportunité d’avancer vers une consolidation des moyens de production navals européens, en d’autres termes, d’éliminer le français de ce marché des sous-marins conventionnels que se disputent 4 constructeurs européens, et qui représente plus de la moitié de ses exportations ces 20 dernières années avec des contrats en Inde, au Brésil et en Malaisie. Si la confirmation venue d’Athènes d’une commande portant sur 3 frégates FDI Belharra redonna des couleurs au groupe, et en dépit de l’opportunité qui s’ouvre à lui concernant l’exportation de sous-marins à propulsion nucléaire après que Washington et Londres aient ouvert cette boite de Pandore, l’industriel français avait toujours besoin d’une annonce majeure dans le domaine sous-marin pour redorer son blason sur la scène internationale.

Celle-ci intervint la semaine dernière au cours des Naval Group Innovation Days, un événement organisé pour promouvoir les innovations du constructeur naval français, sous la forme d’un drone de combat sous-marin à longue endurance, non pas en tant que modèle numérique ou promesse lointaine, mais en tant que démonstrateur déjà assemblé et même expérimenté en darse, et qui va entamer une phase de test dans les jours à venir pour 2 mois, afin d’en évaluer les performances et de valider les options technologiques retenues pour sa conception. Le projet, développé en grand secret et sur fond propre par Naval Group, fait bien davantage que remettre en selle l’industriel dans le domaine de la guerre sous-marine, car il ouvre des perspectives opérationnelles, industrielles et commerciales sans équivalent, notamment pour faire face aux nouveaux enjeux qui se dessinent sur les océans.

Un drone sous-marin taillé pour le combat

Le démonstrateur actuellement testé par Naval Group mesure 10 mètres de long pour un deplacement de 10 tonnes, et reprend une forme hydrodynamique biomimétique inspirée des grands cétacés comme le cachalot. Selon Naval Group, il est capable de naviguer, dans sa forme actuelle, plusieurs jours en plongée autonome, à une vitesse de croisière de 6 noeuds, et une vitesse maximale de 15 noeuds. Il emporte un sonar de coque pour la détection sous-marine, ainsi qu’un radar et un système Electro-optique sur mat lorsqu’il évolue prés de la surface. Il dispose de plusieurs systèmes de communication, dont une liaison satellite, une liaison radio et une liaison basse fréquence, lui permettant d’échanger avec un navire mère, ou une station de controle, sous la forme de messages cryptés compressés pour accroitre la furtivité de l’engin. Enfin, il dispose d’un système de navigation, d’analyse des senseurs et de conduite de mission s’appuyant sur de l’intelligence artificielle mêlant Machine Learning et analyse déterministe pour assurer un controle fin des actions du drone.

Le démonstrateur de Naval Group a été mis à la mer une première fois en 2020. Il doit dans les jours à venir entamer une phase d’essais de deux mois.

Mais ces données ne concernent que le démonstrateur actuellement en test. En effet, selon Naval Group, cette famille de drone de combat sous-marins pourra aller bien au delà des caractéristiques de son démonstrateur actuel, tant du point de vue des performances que des profils de mission. Ainsi, la version de production sur laquelle travaillent les ingénieurs de Naval Group sera plus longue, 13 mètres pour un deplacement de 20 tonnes, et disposera d’une autonomie à la mer, d’une discrétion et d’une vitesse supérieure à celle du démonstrateur. On remarquera à ce titre que les modèles réduits présentés lors de l’événement, étaient équipés d’un pump jet, une hélice carénée permettant de diminuer les bruits et les risques de cavitation à des vitesses plus importantes. Surtout, au delà des missions de renseignement ISR pour lequel le modèle de base est conçu, un modèle plus imposant, d’une longue de 20 mètres, disposera d’un système de propulsion AIP lui conférant une autonomie de plongée de plusieurs semaines, et la capacité potentielle d’emporter des charges importantes, notamment des torpilles anti-sous-marines ou anti-navires, et des mines navales, ouvrant un éventail immense de possibilités au niveau opérationnel.

Multiplicateur de force et déni d’accès


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès gratuit intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits ». Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels.

Connectez-vous ————— Abonnez-vous

Abonnement Mensuel 5,90 € / mois – Abonnement Personnel 49,50 € / an – Abonnement étudiant 25 € / an – abonnement professionnel 180 € / an – Sans engagement de durée.


A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR