Configuration, planning.. Plus de détails sur les frégates grecques FDI HN

L’annonce faite par le premier ministre grec Kyriákos Mitsotákis et le président Français Emmanuel Macron le 18 septembre au sujet de la nouvelle alliance formée par la France et la Grèce, ainsi que des commandes de 3 frégates FDI et de 6 avions Rafale était certes d’une haute portée politique, mais elle était également avare de détails. Il fallut donc attendre l’intervention ce matin d’Hervé Grandjean, le porte-parole du Ministère des Armées, pour en savoir plus à ce sujet. Et cette fois, les détails ont été nombreux, notamment en matière de configuration des frégates helléniques, mais également concernant le planning de livraison, et son influence sur le renouvellement des frégates de 1er rang de la Marine Nationale.

Les frégates FDI HN (Hellenic Navy) seront donc différentes de leurs homologues françaises, contrairement aux exigences initiales d’Athènes. En effet, celles-ci mettront en oeuvre, outre le canon de 76mm Strales, 4 systemes de silos verticaux SYLVER 50 pour accueillir 32 missiles anti-aériens à longue portée Aster 30 B1 qui, associés au nouveau radar AESA à face plane Seafire 500 de Thales, feront du navire une plate-forme de défense anti-aérienne de premier plan, capable d’interdir le ciel sur plus de 25.000 km2, soit 12% de la Mer Egée par navire. Pour autant, les frégates conserveront une puissance de feu anti-navire importante avec 8 missiles anti-navires MM40 Block3C d’une portée supérieure à 150 km et capables si besoin de frapper des cibles à terre ou de hiérarchiser le choix de cibles, ainsi qu’une capacité de lutte anti-sous-marine d’une grande efficacité, avec un sonar de coque Kingklip Mk2, un sonar tracté à profondeur variable Captas-4, et 2 tubes lance-torpilles triples armés de torpilles anti-sous-marines légères Mu-90.

Le radar AESA à faces planes SeaFire 500 de Thales offre des performances de detection sensiblement supérieures à celles des radars actuels, y compris du radar Herakles qui équipe les frégates FREMM

Fondamentalement, donc, les FDI HN auront une puissance de feu équivalente aux nouvelles frégates FREMM de la classe Alsace qui rejoindront prochainement la Marine Nationale, tout en disposant d’un radar sensiblement plus performant, et ce malgré un tonnage inférieur de plus de 1600 tonnes. Elles renforceront de manière drastique la puissance navale hellénique, et permettront à Athènes de tenir la ligne face aux nouvelles corvettes Ada et frégates Istanbul de la Marine Turque, tout en offrant aux forces grecques une alternative navale aux systèmes S-400 acquis par Ankara auprés de la Russie. Avec 3 frégates de ce type, la marine hellénique pourra en effet protéger simultanément plus de 60% des iles grecques, alors qu’avec 4 unités, elle pourra créer une zone de déni d’accès s’étalant du Bosphore jusqu’au sud de Chypre.


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès gratuit intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits ». Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels.

Connectez-vous ————— Abonnez-vous

Abonnement Mensuel 5,90 € / mois – Abonnement Personnel 49,50 € / an – Abonnement étudiant 25 € / an – abonnement professionnel 180 € / an – Sans engagement de durée.


A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR