L’avion de guerre électronique J-16D est en service dans les forces aériennes chinoises

Beaucoup attendaient le J-20A biplace ou le J-35 embarqué pour être la star du prochain salon aéronautique de Zhuhaï, qui se tiendra la semaine prochaine dans le sud de la Chine. Aucune information concernant la présence des ces nouveaux appareils n’a pour l’heure filtrée. En revanche, un avion de guerre électronique J-16D, aux couleurs des forces aériennes de l’Armée Populaire de Libération, a bel et bien atterri sur l’aéroport de Zhuhai ce mardi, afin de participer au salon. Dès lors, il ne fait aucun doute que le nouvel appareil qui se veut l’équivalent du EA-18G Growler américain, soit effectivement en service au sein des forces aériennes chinoises, apportant une nouvelle capacité de premier plan à l’arsenal militaire de Pékin.

A l’instar du Growler américain, le J-16D est une version révisitée et profondément modifiée d’un chasseur-bombardier polyvalent, le J-16, entré en service en 2012, et dont on estime que plus de 200 exemplaires seraient désormais en service au sein des forces aériennes chinoises. Dérivé du Su-30, le J-16 est un chasseur bombardier lourd biplace de facture entièrement chinoise, conçu pour les frappes de précision et la supériorité aérienne. Dans sa version conventionnelle, il dispose d’un radar à antenne électronique active AESA, d’un système de détection infrarouge frontal IRST, et d’une suite de guerre électronique et d’auto protection, en faisant un appareil parfaitement capable face à la plupart des appareils occidentaux. A noter que l’IRST a été supprimé sur la version D (voire photo d’illustration principale), qui n’est pas à proprement parler un appareil destiné au combat air-air, mais dont la mission principale se situe dans le spectre électro-magnétique.

Le J-16 est un chasseur bombardier lourd polyvalent capable de recevoir un grand nombre d’armement, et qui dispose d’une avionique extrêmement moderne.

Il peut en outre mettre en oeuvre une vaste panoplie de munitions, y compris les nouveaux missiles air-air PL-10 à courte portée, PL-15 et PL-21 à longue portée, ainsi que de nombreuses munitions air-sol et anti-navires de précision. L’appareil a une masse maximale au décollage estimée à 77.000 livres (35 tonnes), et est propulsé par deux turboréacteurs WS-10A d’une poussée unitaire maximale de 15 tonnes chacun, lui conférant une vitesse maximale de Mach 2, et un excellent rapport poussée-poids. Son autonomie de combat est estimée au delà de 2000 km, et l’appareil a de nombreuses fois été employé pour effectuer les démonstrations de force de Pékin autour de Taïwan ces derniers mois, notamment en escortant les bombardiers H-6. Dans sa version J-16D, l’appareil a reçu deux importants pods de brouillage qui équipent les supports principaux de chacune des ailes, ainsi qu’un cockpit modifié pour contrôler ces équipements. Il recevra également probablement des missiles anti-radiations, ceux-ci pouvant déjà être mis en oeuvre par le J-16, et disposera sans le moindre doute de missiles air-air d’auto-protection.


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès gratuit intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits ». Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels.

Connectez-vous ————— Abonnez-vous

Abonnement Mensuel 5,90 € / mois – Abonnement Personnel 49,50 € / an – Abonnement étudiant 25 € / an – abonnement professionnel 180 € / an – Sans engagement de durée.


A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR