L’Australie envisage de louer des sous-marins américains comme solution d’attente

Parmi les questions qui émergèrent au sujet de l’alliance AUKUS et de l’acquisition par Canberra de sous-marins nucléaires d’attaque auprés de ses partenaires américains et britanniques, en lieu et place des sous-marins Shortfin Barracuda initialement commandés auprés de la France, la question du délais de mise en oeuvre de cette mesure était l’une des plus significatives et lourdes d’implications. En effet, nul n’ignorait qu’il faudrait plus d’une quinzaine d’années à l’industrie australienne pour espérer livrer un sous-marin nucléaire opérationnel à sa marine, et ce alors que ses propres sous-marins de la classe Collins marquent déjà le poids des années. Il semble que les autorités australiennes aient pris à bras le corps ce problème, puisqu’après avoir annoncé un programme de modernisation et d’extension de vie des 6 Collins en service, le ministre de La Défense Petter Dutton a déclaré dans une interview donnée à la chaine Skynews, a en effet annoncé qu’il envisageait de louer des sous-marins nucléaires américains pour combler cette brèche opérationnelle, le temps que les sous-marins fabriqués en Australie entrent en service à la fin des années 2030.

La solution présentée par le ministre australien est interessante à plus d’un titre, et permettrait de résoudre de nombreux problèmes et interrogations liées à ce changement brutal de posture dans le Pacifique, et ce aussi bien pour l’Australie que pour les Etats-Unis. Du point de vue opérationnel, naturellement, la solution fait grandement sens, puisqu’elle permettrait une montée en puissance beaucoup plus rapide de la puissance navale australienne pour faire face à la toute aussi rapide montée en puissance chinoise dans ce domaine. En outre, elle permettrait une transition souple et maitrisée vers ce type de navires et de propulsion, des domaines entièrement inconnus de la Marine Royale Australienne, notamment dans le domaine de la propulsion nucléaire. On peut ainsi imaginer qu’à l’instar des porte-avions britanniques armés initialement de F35B du Corps des Marines US, une partie de l’équipage, et notamment de la tranche propulsion, soit armée de marins américains, et sorte à non seulement garantir une bonne utilisation des équipements, mais également la confidentialité de certaines données technologiques.

L’Australie devra moderniser et étendre la durée de vie de ses sous-marins de la classe Collins dans l’attente de l’arrivée des premiers sous-marins nucléaires appelés à les remplacer.

Les avantages sont également nombreux du point de vue industriel, puisque cela permettrait à la Marine Royale Australienne d’acquérir de l’experience en amont de la livraison de ses propres submersibles, et donc d’orienter au mieux les expressions de besoin, et la préparation opérationnelle de leur mise en oeuvre. Cela peut également permettre aux marins australiens de se familiariser avec les systèmes d’arme et les tactiques employés à bord de ces navires, tout en apportant leur propre expérience de ce théâtre régional. Cela permettra enfin à la Marine Australienne d’évaluer au mieux son propre besoin en matière de volume, et d’étaler sur une période de temps plus étendue son programme de formation, tout en faisant baisser la pression sur le volet industriel en raison de l’obsolescence des Collins.


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès gratuit intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits ». Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels.

Connectez-vous ————— Abonnez-vous

Abonnement Mensuel 5,90 € / mois – Abonnement Personnel 49,50 € / an – Abonnement étudiant 25 € / an – abonnement professionnel 180 € / an – Sans engagement de durée.


A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR