Lockheed-Martin et Airbus affronteront Boeing pour le nouveau contrat de Ravitailleurs de l’US Air Force

En 2008, Airbus, alors EADS, et l’américain Northrop Grumman, remportèrent la compétition KC-X afin de fournir un nouvel avion ravitailleur à l’US Air Force, avec un appareil désigné KC-45A dérivé de l’A330 MRTT. Mais à la suite de protestations légales de Boeing, qui proposait son KC-46, décision fut prise d’annuler la compétition pour en faire une nouvelle. Face à l’intense lobbying de la firme américaine, et au retrait de Northrop Grumman du partenariat avec EADS, l’avionneur de Seattle remporta finalement la nouvelle compétition en 2011, sur la base d’un Boeing B-767 adapté aux besoins de l’US Air Force, et désigné KC-46A. Une commande de 179 appareils fut alors signée, avec une première livraison de 18 avions-ravitailleurs pour 2018. La suite, nous la connaissons : alors que le programme de Boeing voyait ses délais s’envoler pour atteindre la pleine capacité opérationnelle en 2023 au mieux, et les couts croitre de 5 Md$, en partie assumés par Boeing lui-même. Dans le même temps, l’A330 MRTT s’avère être une grande réussite opérationnelle comme commerciale, l’appareil étant en service ou commandé par 13 forces aériennes dans le monde, et ayant largement fait ses preuves, y compris au combat aux mains des pilotes français ou britanniques.

Toutefois, les 179 appareils commandés par l’US Air Force ne représentent qu’un quart de sa flotte d’avions-ravitailleurs, et une nouvelle compétition doit être lancée dans les mois à venir, désignée cette fois KC-Y et portant sur un second lot de 160 nouveaux avions ravitailleurs à livrer à compter de 2029. Boeing proposera naturellement son KC-46A, déjà en service au sein de l’USAF, ce qui représente incontestablement un atout de taille, et ce en dépit de l’histoire tumultueuse de l’appareil qui peine à résoudre certains points critiques, comme par exemple le système de vision nocturne permettant à l’opérateur de ravitaillement, appelé le Boom, de viser la buse de ravitaillement sur le dos des appareils américains. Mais fort du succès avéré de son A330 MRTT, Airbus entend bien, une nouvelle fois, défendre ses chances face à Boeing pour tenter de s’approprier un contrat majeur comme il n’en existe aucun autre dans ce domaine.

Le KC-46A Pegasus a rencontré de nombreuses difficultés techniques comme industrielles lors de son developpement

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès gratuit intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits ». Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels.

Connectez-vous ————— Abonnez-vous

Abonnement Mensuel 5,90 € / mois – Abonnement Personnel 49,50 € / an – Abonnement étudiant 25 € / an – abonnement professionnel 180 € / an – Sans engagement de durée.


A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR