Le Ministère de la Défense Russe pourrait acquérir le Checkmate sur la prochaine loi de programmation

Jusqu’à présent, la communication des autorités russes autour du nouveau programme de chasseur monomoteur de 5ème génération Checkmate n’avait porté que sur des aspects industriels et d’exportation. L’acquisition de l’appareil par les forces armées russes, elle, avait toujours été un sujet soigneusement évité par celles-ci, et ce d’autant que le pays est déjà pleinement engagé dans une loi de programmation militaire, ou GPV, déjà très ambitieuse portant jusqu’en 2027, et se concentrant sur l’acquisition, dans ce domaine, de chasseurs Su-57, Su-35 et Su-34 et du drone lourd S70 Okhotnik-B pour moderniser les forces aériennes russes. Ajouter dans ces conditions l’acquisition d’un nouvel appareil non planifié était donc hors de propos, et ce d’autant que l’effort budgétaire déjà consenti par la Russie dans le domaine des acquisitions d’équipements de défense représente déjà, à lui seul, plus de 1% du PIB du pays.

Pour autant, les autorités russes savent, et l’exemple de l’échec du Mig-35 était là pour leur rappeler, que les clients internationaux sont beaucoup plus enclins à acquérir un appareil lorsque ce dernier est effectivement en service dans son pays d’origine. Rien d’étonnant à cela, lorsque l’on connait le poids que représentent l’acquisition, la maintenance et la modernisation d’une flotte d’avions de combat. Une réalité qu’a rappelé le vice-premier ministre et ministre adjoint de La Défense Yuri Borisov à l’occasion d’échanges lors du Forum Gaz et Pétrole de Tyumen, ce dernier ayant en outre déclaré que l’acquisition du nouveau Checkmate par les forces aériennes russes pourrait être considérée dans le cadre de la prochaine loi de programmation militaire, qui devrait être présentée en 2025 ou 2026.

Bien que performant, économique et bien équipé, le Mig-35 n’a connu aucun succès à l’exportation, en grande partie du fait d’avoir été boudé par les forces aériennes russes

Bien que le programme Checkmate soit initialement une initiative propre de Rostec et du bureau d’étude Sukhoi, Moscou n’a pas tardé à prendre la main sur son developpement, en annonçant au début du mois de septembre par la voix du directeur de la coopération technologique internationale, Dmitry Shugayev, que son financement, et donc son contrôle, était assuré par l’Etat Fédéral russe. En revanche, aucune déclaration ne laissait jusqu’ici entendre que l’appareil pourrait effectivement être acquis par les forces aériennes russes, ces dernières étant à ce sujet d’un silence de mort sur le sujet. Mais le Kremlin perçoit aujourd’hui de manière évidente le potentiel que représente l’appareil sur le marché de l’exportation, alors que, comme le dit Yuri Borisov lui même, le marché va bientôt se trouver en grande partie sous le contrôle des Etats-Unis et de la Chine. Pour maintenir l’industrie aéronautique russe en capacité de s’imposer sur des marchés exportations indispensables à sa survie dans les 20 prochaines années, il est donc indispensable de s’appuyer sur des appareils à fort potentiel d’export, et donc de soutenir le programme Checkmate par une acquisition nationale significative, n’en déplaise aux militaires.


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès gratuit intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits ». Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels.

Connectez-vous ————— Abonnez-vous

Abonnement Mensuel 5,90 € / mois – Abonnement Personnel 49,50 € / an – Abonnement étudiant 25 € / an – abonnement professionnel 180 € / an – Sans engagement de durée.


A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR