BAe va developper le Contrôle Actif des Flux aérodynamiques pour la DARPA

Depuis le Wright Flyer qui effectua le premier vol d’un aéroplane à Kitty Hawk en 1903, jusqu’aux tout récents F-35 et Su-57, tous les avions sont aujourd’hui dirigés et contrôlés à l’aide de surface de contrôle aérodynamiques, qui modifient l’écoulement et la direction des flux d’air pour créer ou dégrader de la portance et les forces qui en résultent. Si la technologie et la compréhension de l’aérodynamique ont considérablement évolué aux cours des 118 dernières années, le recours à ces surfaces de contrôle continue de complexifier la conception et la maintenance des appareils, et n’offrent que peu de possibilités pour s’adapter à de nouveaux besoins, comme la furtivité par exemple. Il existe pourtant une alternative jusqu’ici encore peu exploitée aux surfaces de controle, reposant sur le contrôle actif des flux aérodynamiques, domaine qui semble-t-il intéresse désormais la DARPA, l’Agence d’Innovation et de R&D du Departement de la Défense américain, qui vient de confier au britannique BAe, pionnier dans le domaine, le programme de recherche Control of Revolutionary Aircraft with Novel Effectors (CRANE) pour developper un démonstrateur employant ces technologies.

Au lieu de modifier l’écoulement de l’air en deplacement des surfaces mobiles, le Contrôle Actif des Flux emploie d’autres procédés comme l’injection de flux secondaires permettant de re-orienter la direction du flux, et donc de modifier l’application des forces qui en résultent. Ce procédé a été employé par BAe depuis 2017 dans le cadre du programme MAGMA, un drone de 12 pieds d’envergure dont les surfaces de controle aérodynamiques ont été remplacées par 3 systèmes de controle actif de flux, l’un à la sortie du flux du réacteur permettant d’agir comme une poussée vectorielle, les deux autres sur chacune des ailes pour agir comme des ailerons et des volets. Les possibilités offertes par cette nouvelle approche sont nombreuses, qu’il s’agisse de simplifier la conception et la maintenance des appareils, de réduire les émissions sonores ou d’en accroitre la furtivité.

Lancé en 2017, le programme MAGMA de BAe permit de developper un drone employant le controle actif des flux pour se diriger, qui fit son premier vol en 2020.

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès gratuit intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits ». Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels.

Connectez-vous ————— Abonnez-vous

Abonnement Mensuel 5,90 € / mois – Abonnement Personnel 49,50 € / an – Abonnement étudiant 25 € / an – abonnement professionnel 180 € / an – Sans engagement de durée.


A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR