La British Army va-t-elle devoir abandonner le programme de blindés Ajax ?

Au milieux des années 90, la British Army entreprit de remplacer ses blindés chenillés de reconnaissance et spécialisés Scorpion, Scimitar, Spartan et Sultan en service depuis le début des années 70, et qui commençaient à marquer clairement le poids des années dans un environnement en évolution rapide. Il fallut cependant attendre 2010 pour que, dans le cadre du programme Futur Rapid Effect System, le Ministère britannique de La Défense se prononce en faveur du Scout SV de Lockheed-Martin, au grand damn de BAe et de son CV90 qui remportait déjà un réel succès en Europe. Dérivé du modèle ASCOD conçu conjointement par l’Espagne et l’Autriche, le Scout SV devait alors être commandé par Londres à plus de 1000 exemplaires en 5 versions et en deux Batch. Finalement, la commande finale signée en 2014 porta sur 588 blindés pour 5,5 Md£, repartis en 3 versions principales : le véhicule de reconnaissance armé Ajax à 245 exemplaires, le véhicule de soutien blindé Athena (commandement), Ares (transport de troupe) et Argus (reconnaissance génie) à 256 exemplaires, et 88 exemplaires des versions Apollo et Atlas de réparation et de récupération de blindés. Les premières livraisons devaient intervenir dés 2017, alors que 489 des 588 blindés devaient être construits en Grande-Bretagne.

Malheureusement, le programme s’est rapidement retrouvé enlisé sous un grand nombre de problèmes techniques, notamment concernant sa transmission, l’amenant à prendre un important retard, sans toutefois que cela n’affole les dirigeants politiques et militaires qui en assuraient la charge. La situation changea radicalement en juin 2021, lorsqu’un article publié dans le Times dévoila les nombreux problèmes qui touchaient les blindés livrés à la British Army, obligeant celle-ci à suspendre les livraisons de Novembre 2020 à Mars 2021, puis à les suspendre sans date de reprise à compter du mois de juin. En effet, lors de ses essais, les blindés s’étaient révélés à ce point bruyants que la British Army dut interdir à ses équipages de rester à bord des Ajax plus de 105 minutes, et d’interdir que les véhicules dépassent les 32 km/h. En outre, les vibrations dans le blindé étaient à ce point excessives qu’elles abimaient les équipements embarqués, y compris les équipements électroniques, et interdisaient à l’équipage de faire usage des armes de bord en mouvement, un comble pour un véhicule de reconnaissance blindé sensé représenter le fer de lance de la force de frappe blindée britannique avec sa tourelle CT40 similaire à celle qui équipe les EBRC Jaguar français et belges.

Le CV90 a été conçu par la Suède, et était présenté par BAe face à l’ASCOD de Lockheed-Martin dans le cadre du programme Futur Rapid Effect System ou FRES

Rapidement, de scandale technologique, celui-ci s’est mu en scandale politique, et ce d’autant que, de l’aveux même du Ministre Britannique de La Défense Jeremy Quin, rien ne garantit à ce jour que les défauts constatés sur les Ajax puissent être effectivement solutionnés, nonobstant l’assurance donnée par le Ministère de La Défense de s’y consacrer autant que nécessaire. Alors qu’il est aujourd’hui impossible de déterminer quand (et si) l’Ajax sera enfin opérationnel, la British Army se voit désormais contrainte d’étudier des solutions de remplacement par intérim pour assurer les missions de reconnaissance blindée, comme la prolongation de ses véhicules de combat d’infanterie Warrior sensés être remplacés par le Boxer de Rheinmetall, voire à employer certains des nouveaux Boxer, même si l’un comme l’autre n’ont pas été conçus et manquent clairement de puissance de feu pour accomplir une telle mission.


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès gratuit intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits ». Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels.

Connectez-vous ————— Abonnez-vous

Abonnement Mensuel 5,90 € / mois – Abonnement Personnel 49,50 € / an – Abonnement étudiant 25 € / an – abonnement professionnel 180 € / an – Sans engagement de durée.


A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR