Abrams, Challenger 3, Armata … : Que valent les chars de combat modernes ? 2/3

Aprés que l’on ait presque annoncé leur disparition programmée avec l’apparition de nouveaux systèmes d’arme, le char redevient un marqueur clé de la puissance militaire d’une force armée, et ce sur l’ensemble des théâtres. Cette article est le second d’une série de 3 destinée à presenter les principaux modèles de chars modernes qui équipent ou équiperont les forces armées dans le monde. Un premier article a présenté le Leopard 2 allemand, le Type 99A chinois, le Merkava Mk IV israélien et le Leclerc Français. Celui-ci présente le M1A2C Abrams américain, le Challenger 3 britannique et les T-90M et T-14 Armata russes. Un dernier article présentera l’Atlay turc, le K2 Black Panther sud-coréen, le Type 10 japonais et le C1 Ariete Italien.

Etats-Unis : M1A2C Abrams

En 1972, à la sortie de la Guerre du Vietnam, les armées US étaient exsangues, handicapées par 10 années d’investissements sur un théâtre spécifique, et nombre de ses équipements terrestres comme aériens, ne proposaient plus de plus-value significative face à leurs équivalents soviétiques. C’était notamment le cas du char M60 Patton, dérivé du M48 et en service depuis 1960, mais qui, en bien des domaines, était surpassé par le T-64 soviétique, ainsi que par le nouveau T-72 qui entrera en service en 1973. Pour y faire face, et non sans de grande difficultés, l’US Army engagea un super programme qui sera désigné BIG 5, et qui donnera naissance à 6 des materiels les plus performants des années 80 : le Véhicule de combat d’Infanterie M2/M3 Bradley, le canon automoteur M108/109, le système anti-aérien Patriot, les hélicoptères AH-64 Apache et UH-60 Black Hawk, ainsi que le plus symbolique de tous, le char de combat M1 Abrams. Rompant avec la doctrine de simplicité héritée du M4 Sherman, et perpétuée par le M48 et le M60, l’Abrams était tout à la fois un monstre roulant, un concentré de technologie, et disposait d’une puissance de feu égalée du seul Leopard 2 allemand à cette époque. Il fit la démonstration de cette puissance lors de la première guerre du Golfe, en prenant un ascendant très net sur les T62 et T72 irakiens, détruisant la majorité des chars rencontrés pour des pertes minimes, en grande partie liées à des tirs venant d’autres Abrams ou de missiles HOT de M2 Bradley.

La première version du M1 Abrams était équipée d’un canon de 105 mm à l’instar de la majorité des chars de combat des années 60 et 70

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès gratuit intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits ». Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels.

Connectez-vous ————— Abonnez-vous

Abonnement Mensuel 5,90 € / mois – Abonnement Personnel 49,50 € / an – Abonnement étudiant 25 € / an – abonnement professionnel 180 € / an – Sans engagement de durée.


A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR