La Chine et la Russie valident le déplacement de troupes par le rail entre les 2 pays

Si la République Populaire de Chine et la Russie ne sont pas, à proprement parler, des alliés, au sens qu’il n’existe aucun accord formel de soutien mutuel et systématique en cas d’agression de l’un ou l’autre, leurs positions stratégiques, politiques et économiques se sont considérablement rapprochées ces dernières années, dans un front commun contre l’occident et les Etats-Unis qui satisfait aussi bien Vladimir Poutine que Xi Jinping. Washington doit, en effet, composer simultanément avec deux puissances militaires en rapide developpement, sans pouvoir, comme c’était le cas avec le Pacte de Varsovie, les agréger dans une unique entité pour structurer et dimensionner sa propre puissance militaire. Pour autant, le rapprochement militaire entre Pékin et Moscou va, lui aussi, croissant, avec la multiplication de rencontres bilatérales au plus haut niveau, et des manoeuvres navales et aériennes conjointes dans la zone indo-pacifique.

La participation d’une force de 550 militaires de l’Armée Populaire de Libération, venus avec des véhicules blindés Type 11 et Dongfeng, à l’exercice militaire Peace Mission-2021 organisé dans le cadre de l’Organisation de la Securité Collective, marque en revanche une étape cruciale, et au combien riche de conséquences, dans ce rapprochement. En effet, l’exercice va se tenir du 11 au 15 septembre dans l’Oblast d’Orenbourg, à 400 km à l’Est de Saratov, prés de la frontière avec la Kazakstan. Surtout, les militaires chinois se rendront sur place lors d’un trajet de 6.300 km par le rail, démontrant, sans doute possible, que désormais Pékin est en mesure de déplacer rapidement des forces lourdes importantes en Russie par voie ferrée. De fait, l’Armée Populaire de Libération, ses 13 groupes d’Armées forts de plus d’un million d’homme et 8000 chars lourds, pourrait, dans des délais courts, venir renforcer les forces russes en Asie centrale, dans le Caucase, et même en Europe. Du moins ont-ils, de toute évidence, entamé la démarche visant à valider ce concept.

Le transport de blindés lourds impose de sévères contraintes sur les voies et les ouvrages d’art (ponts, tunnels) qui peuvent différer d’un pays à l’autre, rendant difficile le deplacement transfrontalier de forces importantes par le rail.

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès gratuit intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits ». Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels.

Connectez-vous ————— Abonnez-vous

Abonnement Mensuel 5,90 € / mois – Abonnement Personnel 49,50 € / an – Abonnement étudiant 25 € / an – abonnement professionnel 180 € / an – Sans engagement de durée.


A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR