La Russie dévoile la version export de son nouveau missile antichar à longue portée Hermes

Au delà des munitions vagabondes et des drones, s’il est un système d’arme qui a fait la démonstration de son efficacité lors du conflit opposant les forces azéris et arméniennes dans le Haut-Karabakh à l’automne 2020, c’est bien le missile antichar israélien à longue portée SPIKE NLOS, qui a détruit un nombre important de blindés et de places fortes arméniennes sans que les cibles n’aient jamais été conscientes d’être visées. Au même titre que les missiles antichars de première génération AT-2 qui firent des ravages dans les rangs des blindés israéliens lors de la guerre du Kippour, engendrant l’entrée massive de ce nouveau type d’armement dans toutes les armées, le missile antichar à longue portée « No Line of Sight » ou NLOS, c’est à dire capable d’être tiré sans ligne de visée directe sur la cible, devient désormais un système indispensable dans la lutte antichar moderne, et plus globalement au combat de moyenne à haute intensité.

La Russie n’avait pas attendu la Guerre du Haut-Karabakh pour prendre conscience de la vulnérabilité des systèmes antichars face à l’artillerie ou les systèmes anti-aériens lorsqu’ils équipent des aéronefs, et entreprit dès le début des années 2010 de developper un nouveau missile pour ses hélicoptères de combat, le Izdeliye 305 ou produit 305, désigné plus communément sous le nom Hermes, conçu et fabriqué par la société KBP Instrument Design Bureau, filiale du géant Rostec. Destiné à remplacer le missile 9M120 Ataka à bord des hélicoptères Mi-28MN et Ka-52M modernisés, il permet, par son allonge de 25 km, son système de guidage mixte inertiel et autodirecteur infrarouge avec homme dans la boucle, et sa charge militaire de 25 kg, d’engager les blindés et bunkers adverses sans devoir s’exposer à des tirs de riposte, tout en restant hors d’atteinte des systèmes anti-aériens à courte portée de l’adversaire. En outre, de part son allonge et son mode de guidage final infrarouge, tout porte à croire que l’Izdeliye 305 ait une phase finale plongeante, le rendant beaucoup plus difficile à intercepter par les systèmes Hard-Kill comme le Trophy israélien. Comme la majorité des nouveaux systèmes russes, l’Hermes a été testé au combat en Syrie, avec un tir réussi répertorié en 2019.


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès gratuit intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits ». Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels.

Connectez-vous ————— Abonnez-vous

Abonnement Mensuel 5,90 € / mois – Abonnement Personnel 49,50 € / an – Abonnement étudiant 25 € / an – abonnement professionnel 180 € / an – Sans engagement de durée.


A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR