Les nouveaux missiles de croisière russes peuvent frapper directement les Etats-Unis

Il est vrai que depuis 2 ans, l’immense majorité de l’attention portée par le Pentagone s’est concentrée sur la Chine et l’évolution rapide de la situation dans le Pacifique Occidental. Mais pour le général Glen D. Vanheck, commandant l’US Northern Command en charge de protéger l’Amérique du Nord, la plus grande menace qui pourrait frapper les Etats-Unis aujourd’hui viendrait non pas de Pékin et de ses missiles balistiques, mais de Moscou et de ses nouveaux missiles de croisière, capables d’atteindre le territoire américain directement à partir de son propre sol désormais. A l’occasion d’un forum en ligne organisé par le Center for Strategic and International Studies, le général américain a ainsi déclaré que ces nouveaux missiles de croisière, qui peuvent être mis en oeuvre aussi bien à partir de navires, de sous-marins, de plate-formes terrestres que de containers embarqués sur des navires commerciaux, représentaient aujourd’hui la menace la plus directe sur le sol des Etats-Unis (en dehors des frappes nucléaires stratégiques, évidemment).

Le général Vanheck faisait probablement référence au nouveau missile 3M-54M Kalibr-M en cours de developpement, ultime version du missile de croisière qui fut employé pour la première contre les positions de l’Etat Islamique en 2015 à partir de corvettes et de sous-marins positionnés en Mer Noire et Mer Caspienne. Beaucoup plus imposant que les modèles précédants, dont la portée plafonnait à 2500 km, le Kalibr-M peut emporter une charge militaire d’une tonne à une distance de 4.500 km, soit effectivement une portée suffisante pour frapper San Francisco à partir des terres les plus à l’est de la Russie. Selon l’agence Tass, le missile doit entrer en service avant 2027, et équipera en priorité les nouvelles frégates et sous-marins nucléaires de la Marine Russe, aux cotés des missiles hypersoniques 3M22 Tzirkon. En outre, le Kalibr est conçu pour pouvoir atteindre des vitesses supersoniques, certaines versions étant même capables d’accélérer à Mach 2.9 en trajectoire finale. A titre de comparaison, le missile BGM-109 Tomahawk Block II atteint pour sa part une portée maximale de 2500 km, et le MdCN français est donné pour une portée « supérieure à 1200 km », les deux missiles évoluant à des vitesses subsoniques en trajectoire rasante.

Le missile Kalibr 3M54 peut être mis en service à partir de container emportés sur des navires de commerce banalisés, les rendant très difficiles à détecter.

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès gratuit intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits ». Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels.

Connectez-vous ————— Abonnez-vous

Abonnement Mensuel 5,90 € / mois – Abonnement Personnel 49,50 € / an – Abonnement étudiant 25 € / an – abonnement professionnel 180 € / an – Sans engagement de durée.


A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR