L’US Army teste le Stryker DE M-SHORAD armé d’un laser de 50 Kw

Les armes à énergie dirigée, comme les armes hypersoniques, constituent deux priorités technologiques absolues pour les armées américaines ces dernières années afin de tenter de recoller à la dynamique technologique imposée par Pékin et Moscou. Si les programmes hypersoniques rencontrent des problèmes, les programmes de l’US Army, l’US Navy et l’US Air Force concernant la mise ne oeuvre à courte échéance de systèmes anti-drones, anti-aériens et anti-missiles basés sur des armes à énergie dirigée avancent conformément à la très ambitieuse planification imposée par le Pentagone. C’est ainsi que, la semaine dernière, l’US Army a annoncé qu’un premier test d’engagement « en situation de combat » avait été réalisé plus tôt dans l’été sur le site de Fort Sill dans l’Oklahoma, avec l’utilisation conjointe de deux nouveaux véhicules blindés Stryker équipés chacun d’un système de laser de 50 Kw.

L’objectif de ces tests, qui semblent-ils ont donné satisfaction au Army Rapid Capabilities and Critical Technologies Office (RCCTO), et à la Air and Missile Defense Cross Functional Team, permirent de valider l’utilisation du Directed Energy-Maneuver Short-Range Air Defense, ou DE M-SHORAD, face à différents types de menace comprenant des Roquettes, des obus d’Artillerie et de Mortier, classiquement regroupés sous l’acronyme RAM. Ces succès permettent au RCCTO de maintenir l’objectif de livrer 4 DE M-SHORAD en 2022 sous la forme d’une escouade de protection destinée à valider son utilisation opérationnelle, mais également à définir les protocoles de formation des personnels qui seront en charge de les mettre en oeuvre. Rappelons que parallèlement, l’US Army développe également un second programme désigné Indirect Fires Protection Capability – High Energy Laser (IFPC-HEL) composé d’un laser de 300 Kw monté sur camion, dont la mission sera d’intercepter les missiles de croisière, mais également les hélicoptères et les munitions lourdes, à horizon 2024.

Le Stryker DE M-SHORAD lors des tests à Fort Sill dans l’Oklahoma. Remarquez les systèmes d’échange thermique qui tapissent le véhicule et qui en disent long sur le rayonnement infrarouge de celui-ci.

La prouesse réalisée autour du programme DE M-SHORAD par le RCCTO est remarquable à plus d’un titre. Non seulement sont ils parvenus à embarquer sur un véhicule exigu comme le Stryker un laser de 50 Kw, 10 fois plus puissant que le modèle précédemment expérimenté qui ne pouvait prendre à partie que des drones légers, mais ils sont également parvenus à résoudre l’épineux problème de l’alimentation énergétique dans un véhicule pour le moins exigu, et non prévu pour cela, et ce dans un relais record de seulement 24 mois. L’US Air Force n’est pas en reste, puisqu’elle a entamé il y a quelques semaines les essais en soufflerie du pod accueillant un laser de « plusieurs dizaines de kilowatt » au centre d’essais Aerodynamics Branch of Arnold Engineering Development Complex (AEDC) de la base aérienne d’Arnold dans le Tennessee. Ce système, connu sous la désignation Self-Protect High Energy Laser Demonstrator, ou SHiELD, ambitionne de produire un Pod d’auto-defense de type Hard-Kill laser pour les chasseurs comme le F-15, afin d’intercepter et de détruire les missiles sol-air et air-air visant l’appareil.


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès gratuit intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits ». Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels.

Connectez-vous ————— Abonnez-vous

Abonnement Mensuel 5,90 € / mois – Abonnement Personnel 49,50 € / an – Abonnement étudiant 25 € / an – abonnement professionnel 180 € / an – Sans engagement de durée.


A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR