Sukhoi développe un Su-57 biplace pouvant contrôler 4 drones S-70 Okhotnik B

Depuis sa presentation officielle, le drone de combat lourd S-70 Okhotnik B, développé par l’avionneur russe Sukhoi, a toujours été présenté comme une extension du chasseur lourd Su-57, appelé a remplacer les Su-27 au sein des forces aériennes russes, et à devenir la base technologique d’un grand nombre d’appareils, à l’instar de son prédécesseur. De fait, l’annonce d’une version biplace de l’appareil était attendue depuis un certain temps par les spécialistes du domaine, tant il semblait approprié d’ajouter un membre d’équipage pour contrôler plusieurs drones de ce type. C’est désormais chose faite, puisque l’Agence Tass, citant une source du ministère de La Défense, a publié un article annonçant qu’une version biplace du Su-57 était en cours de conception, afin de lui permettre de contrôler jusqu’à 4 drones S-70 simultanément, aussi bien pour les missions air-air que air-sol ou air-surface.

Les Военно-воздушные силы Росси, ou VVS, les forces aériennes russes, avaient déjà depuis plusieurs années annoncé leur intention de se doter simultanément d’une flotte de Su-57 et d’une flotte de S-70 pour effectuer les missions les plus exigeantes, nécessitant des appareils discrets mais lourdement armés. Selon l’Etat-Major des VVS, il était même question de remplacer les chasseurs légers Mig-29 et l’avion d’attaque Su-25 précisément par des drone Okhotnik B agissant sous le controle de Su-57 ou de stations au sol. L’article de Tass confirme donc ces déclarations, ainsi que l’entrée en service du drone lourd pour 2024, soit presque concomitamment avec celle du Su-57. Reste que de nombreuses inconnues subsistent quant aux capacités réelles, et aux missions qui seront dévolues à ce couple hors norme.

Le Su-57 a été associé dés le début au programme S-70 Okhotnik B

Le drone S-70 Okhotnik B est unique en bien des aspects aujourd’hui. Très imposante, cette aile volante furtive a une envergure estimée à 20 mètres. Il est également particulièrement lourd pour un drone de combat, avec une masse maximale au décollage de 20 tonnes, soit l’équivalent de celle d’un chasseur comme le Mig-29 ou d’un bombardier comme le Su-25. S’il n’est pas supersonique, il reste capable d’atteindre des hautes vitesses subsoniques de prés de 1000 km/h, et serait doté d’un rayon d’action de 3500 km, soit le même que celui du Su-57 sans réservoir extérieurs. Coté armement, chacune de ses deux imposantes soutes à munition pourrait accueillir jusqu’à 2 tonnes d’armement air-air ou air-sol. Pour l’heure, le prototype semble propulsé par un turboréacteur AL41F, mais selon les déclarations de Sukhoi, cette configuration n’est que temporaire, et une nouvelle solution de propulsion sera intégrée sous peu permettant de réduire son empreinte thermique et ainsi accroitre sa furtivité.


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès gratuit intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits ». Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels.

Connectez-vous ————— Abonnez-vous

Abonnement Mensuel 5,90 € / mois – Abonnement Personnel 49,50 € / an – Abonnement étudiant 25 € / an – abonnement professionnel 180 € / an – Sans engagement de durée.


A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR