La Chine construit un second site qui pourrait recevoir plus de 100 silos pour missiles ICBM

Il y a tout juste trois semaines, des chercheurs américains mirent en évidence la construction d’un site dans le nord de la Chine, à proximité de la ville de Yumen, sur lequel seraient construits actuellement 119 silos destinés à recevoir des Missiles Balistiques Inter-Continentaux, ou ICBM. En dépit des faibles dénégations chinoises, et de la tentative de certains médias d’Etat de dénigrer les 2 chercheurs à l’origine de cette découverte et de présenter cet immense chantier comme un nouveau parc éolien, la communauté du Renseignement occidentale s’est rapidement rangée à l’analyse faite. Alors que Pékin dispose déjà d’une centaine d’ICBM mobile, et de 12 silos pour ICBM DF-5B, la construction de ce site entraina naturellement un prise de conscience en Occident quant à la volonté de Pékin de venir jouer pleinement son rôle au sommet de la hiérarchie des nations nucléaires.

Il semble toutefois que les ambitions de Pékin aillent au delà de ce premier site. En effet, la Federation of American Scientists a publié une nouvelle analyse concernant un second site, situé quelques 380 km au nord-Ouest du premier, qui présente lui aussi, sur la base des photos satellites disponibles, la même configuration, et sur lequel des travaux similaires ont été observés. Et si les images ne montrent que la construction actuelle de 19 silos, la projection faite par les chercheurs américains montre, de manière assez convaincante, que le nouveau site dépassera, lui aussi, les 100 silos, ce qui permettrait, au demeurant, à la Chine de dépasser la Russie dans le domaine des ICBM si l’ensemble des silos venait à être effectivement équipé de missile, et d’amener le couple sino-russe à une puissance de feu équivalente de celle des Etats-Unis dans ce même domaine.

Le site de Yumen a été exposé par deux chercheurs américains, Jeffrey Lewis et Decker Eveleth, sur la base de photos satellites civiles

Selon les experts US, le choix de ces deux sites fait largement sens du point de vue stratégique, puisque les silos ainsi positionnés seraient hors de portée des systèmes conventionnels américains, comme les missiles de croisière par exemple. Dès lors, la seule menace qui pourrait effectivement peser sur ces armes viendrait des missiles balistiques ICBM et SLBM américains, voire des SLBM français et britanniques, c’est à dire des armes au delà du seuil stratégique. En outre, ils estiment, probablement à juste titre, que ces nouveaux silos seront armés par des missiles balistiques à carburant solide, comme le nouveau DF-41 qui équipe déjà les bataillons stratégique mobiles chinois, et non des missiles à carburant liquide comme le DF-5, dont les délais d’approvisionnement en carburant avant le lancement exposent à des frappes préventives.


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès gratuit intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits ». Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels.

Connectez-vous ————— Abonnez-vous

Abonnement Mensuel 5,90 € / mois – Abonnement Personnel 49,50 € / an – Abonnement étudiant 25 € / an – abonnement professionnel 180 € / an – Sans engagement de durée.


A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR