La Corée du Sud a testé le lancement sous la surface d’un missile balistique

On le savait, la Corée du Sud investit conséquemment dans le developpement de missiles de croisière et de missiles balistiques, afin d’être en mesure, autant que faire ce peu, de contrer la menace croissante que représente l’arsenal balistique nord-coréen. C’est ainsi que le pays a développé, depuis le début des années 80, la famille de missiles sol-sol Hyunmoo, initialement conçue avec un transfert de technologie venue des Etats-Unis en échange d’engagements de Seoul sur la portée maximale des armes développées, puis dans le cadre d’un partenariat avec Moscou au cours des années 90, qui permit à la seconde génération de missiles, le Hyunmoo 2, d’intégrer des technologies en provenance du programme russe Iskander. Plus récemment, les autorités sud-coréennes ont annoncé leur intention de developper une variante sous-marine de la famille Hyunmoo, désignée Hyunmoo 4, pouvant être lancée en plongée à partir d’un sous-marin.

C’est dans ce cadre que le test révélé par Yonhap TV News s’inscrit. Selon la chaine d’information, les ingénieurs et militaires sud-coréens auraient réussi un tir d’un missile balistique spécialement conçu à cet effet (probablement le Hyunmoo 4) à partir d’une plate-forme immergée, marquant le premier succès de Seoul dans le domaine des Submarine-Launched Balistic Missile, ou SLBM. Le test à partir d’une barge immergée est classique pour les premiers tirs de ce type de missile, de sorte à ne pas risquer un sous-marin, et son équipage, en cas de défaillance. Pour l’heure, en dehors du reportage de Yonhap, les autorités coréennes sont restées très discrètes sur le sujet, n’infirmant ni ne confirmant le succès du tir, ni même son existence.

Le Dosan Ahn Changho est le premier navire de la classe éponyme, et le premier sous-marin entièrement conçut en Corée du Sud. Il emporte 6 silos verticaux pouvant accueillir des missiles de croisière ou balistiques à changement de milieu

Cet essai s’inscrit dans un programme global visant à renforcer les capacités de frappe et de riposte de Séoul en cas d’agression venant de son tumultueux voisin. Outre le developpement de missiles balistiques de portée croissante, il intègre également celui de missiles de croisière comme le Hyunmoo 3, qui équipent déjà les destroyers Sejong le Grand et les sous-marins KSS II de la classe Kim Jwa-Jin dérivés du Type 214 allemand et construits sous licence avec transfert de technologie. Ils doivent également équiper les nouveaux sous-marins KSS III de la classe Dosan Ahn Changho, premiers submersibles de combat entièrement conçus en Corée du Sud. Cette classe, dont le premier bâtiment éponyme doit entrer en service ce mois-ci au sein de la marine Sud-Coréenne, constitue la 3ème composante de cet effort, puisqu’elle emporte 6 silos verticaux permettant de déployer des missiles de croisière Hyunmoo 3C d’une portée de 1500 km, et potentiellement, le fameux missile balistique Hyunmoo 4 dans sa version SLBM. Au delà des 3 premiers navires de la classe, les 6 sous-marins suivants emporteront, quant à eux, 10 de ces silos.


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès gratuit intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits ». Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels.

Connectez-vous ————— Abonnez-vous

Abonnement Mensuel 5,90 € / mois – Abonnement Personnel 49,50 € / an – Abonnement étudiant 25 € / an – abonnement professionnel 180 € / an – Sans engagement de durée.


A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR