Quelles seront les capacités du futur porte-avions chinois Type 003 ?

Cela fait maintenant une année que les premiers blocs composant le futur porte-avions Type 003 chinois ont été déplacés de leur zone de montage à la cale sèche des chantiers navals Jiangnan de Shanghai, et le nouveau navire prend désormais forme au fil des observations réalisées par les spotters chinois, notamment lorsqu’ils prennent un vol commercial passant au dessus de ces installations industrielles. Ainsi, la semaine dernière, des clichés ont montré que le navire avait reçu son ilot, et que l’ensemble de la coque avait été finalisée, permettant de se faire une idée plus précise de ce que sera ce navire, de ses capacités opérationnelles attendues, et de sa fonction au sein des forces navales de l’Armée Populaire de Libération.

Ainsi, on connait désormais de manière précise plusieurs paramètres constitutifs du bâtiment, comme sa longueur de 320 mètres, la largeur du pont d’envol de 73 mètres, et son tonnage estimé entre 80.000 et 85.000 tonnes, soit l’équivalent des porte-avions américains de la classe Kitty Hawk, derniers navires de ce type à ne pas avoir été dotés d’une propulsion nucléaire dans l’US Navy. A titre de comparaison, les porte-avions nucléaires de nouvelle génération de la classe Ford ont une longueur de 333 mètres, une largeur de 77 mètres et un deplacement dépassant les 100.000 tonnes. En outre, là où les Ford disposent de 4 catapultes Electro-magnétiques, et de 3 ascenseurs, le Type 003 n’aligne, quant à lui, que 3 catapultes et 2 ascenseurs, Quant au futur PANG de la Marine Nationale, il disposera bien de 3 ascenseurs, mais de seulement 3 catapultes, pour un deplacement de 80.000 tonnes. Il sera, en revanche et comme les navires américains, doté d’une propulsion nucléaire. Alors, le Type 003 est-il surclassé par les Ford américains ? En réalité, les deux navires seront sensiblement différents, dans la forme comme dans l’usage …

Les Porte-avions nucléaires de la classe Gerald Ford constituent un concentré d’expertises collectées par l’US navy en matière de combat aéronaval et de mise en oeuvre de ce type de navire et de son groupe aérien embarqué

En effet, les porte-avions de la classe Ford ont été conçus d’abord et avant tout pour soutenir une action de guerre de haute et très haute intensité sur la durée, avec un rythme de 160 sorties aériennes en rythme normal, et pouvant atteindre 270 sorties en pointe sur une activité 24h/24. Pour soutenir une telle pression opérationnelle, le navire doit non seulement être capable de lancer et de recevoir des appareils à un rythme très élevé, mais il doit, en outre, permettre une circulation particulièrement fluide et optimisée des aéronefs et des personnes sur et sous le pont d’envol. De fait, pour concevoir le navire, l’US Navy a fait appel à toute l’expérience acquise au cours de ses innombrables missions de combat, du Vietnam à la Guerre du Golfe, qui lui confèrent une expertise unique dans ce domaine, expertise que naturellement, la Chine n’a pas. Mais cette débauche de puissance à un prix, particulièrement élevé, puisque chaque Ford coutera entre 12 et 14 Md$ aux contribuables américains, sans compter le groupe aérien embarqué.

Pour la marine chinoise, il n’est naturellement pas question, aujourd’hui, d’espérer égaler les performances des super porte-avions US. Pour l’heure, celle-ci n’aligne que deux porte-avions Type 001/A, des modèles dérivés du Kouznetsov russe, d’une longueur de 315 mètres mais d’une jauge de seulement 65.000 tonnes, et surtout dépourvus de catapultes. En outre, elle n’a pas, ou presque pas, pu s’appuyer sur un transfert de compétence extérieur, que ce soit dans la conception des porte-avions, comme dans leur mise en oeuvre. De fait, la marine chinoise, comme les chantiers navals du pays, apprennent actuellement les règles pour concevoir et mettre en oeuvre ces navires et leur groupe aérien embarqué. Et le Type 003, premier porte-avions chinois qui sera doté de catapultes, électromagnétiques qui plus est, sera, à l’instar des 2 type 001, avant tout un navire destiné à apprendre et comprendre ces règles, et à former les les personnels qui les serviront, dans une démarche de montée en puissance parfaitement maitrisée par Pékin et l’APL depuis prés de 2 décennies désormais.

Le porte-avions Liaoning et son (demi-)sister-ship le Shandong permettant à la marine chinoise d’acquérir rapidement une grande experience dans le domaine du combat aéronaval, mais souffrent de certaines limitations dues à l’absence de catapultes.

Il était, dès lors, inutile pour les ingénieurs chinois de tenter de positionner une quatrième catapulte ou un troisième ascenseur sur le navire, dont la propulsion électrique intégrée mais non nucléaire n’aurait probablement pas permis une utilisation optimale, et qui, surtout, n’aura pas les mêmes missions que les Ford américains. Ainsi, pour l’heure, les Type 001A, s’ils montrent une activité opérationnelle soutenue, restent en permanence cantonnés dans un périmètre restreint autour de la Chine, et ne sont pas déployés, comme peuvent l’être les navires américains, mais également français ou britanniques, à des milliers de kilomètres de leur port d’attache pour des missions opérationnelles de longue durée. D’ailleurs, leur fonction opérationnelle prioritaire semble être, aujourd’hui, d’interdir à l’aéronavale occidentale de s’imposer dans la bande maritime large entourant les cotes chinoises, notamment au delà de Taïwan.

En second lieu, le parc aérien des Type 001, mais également du prochain Type 003, est avant tout composé de chasseurs J-15, un appareil de la famille des Flanker d’origine soviétique à laquelle appartiennent les Su-27, Su-30, Su-34 et Su-35, ainsi que le Su-33 dont le J-15 est dérivé. Or, ces appareils ont une caractéristique majeure, celle d’être dotés d’une grande capacité d’emport de carburant interne, leur conférant un important rayon d’action. Ainsi, le J-15T, la version qui équipera le Type 003 et qui pourra être catapultée à pleine charge, est donné pour avoir un rayon d’action opérationnelle de l’ordre de 1200 nautiques, soit l’équivalent de celui du F/A 18 E/F Super Hornet lorsqu’il emporte 5 bidons de carburant supplémentaires, ne laissant à son équipage plus guère que les quelques missiles air-air et le lancer de casque comme armement offensif. A l’inverse, le J-15 peut emporter, dans cette configuration, une vaste panoplie d’armements, y compris des missiles anti-navires ou de croisière, ou un grand nombre de missiles Air-Air, y compris le fameux PL-15 d’une portée de 300 km. Dès lors, les rotations, et les besoins de sortie, sont moindres pour une présence opérationnelle projetée, selon que l’on opère des J-15T ou des Super Hornet, sans entrer dans les performances opérationnelles comparées des deux appareils.

Avec une autonomie de 1200 nautiques sur carburant interne, le J-15 ne nécessite pas le même nombre de rotation pour une couverture aérienne équivalente que le F/A 18 E Super Hornet américain

Enfin, le Type 003 sera, et ce sans le moindre doute, une plate-forme d’expérimentation pour la marine chinoise afin de préparer la conception du futur Type 004, qui sera, selon les informations actuellement disponibles, à propulsion nucléaire, et proche, dans la conception comme dans ses missions, des Ford américains. Le navire devrait ainsi recevoir peu après son entrée en service les premiers chasseurs furtifs J-35 dérivés du FC-31, plus légers, plus polyvalents et surtout beaucoup plus modernes que les J-15. Il recevra également un avion de veille aérienne avancée, le KJ-600, aux performances comparables à celles de l’E-2D Hawkeye américain, augmentant considérablement les capacités de détection et de controle du groupe aérien embarqué. Enfin, plusieurs modèles de drones de combat, qu’ils soient d’attaque, furtifs ou de transport, sont en cours de developpement, et la classe de porte-avions Type 003, qui verra probablement un sister-ship s’ajouter au premier navire en construction d’ici 2025, permettra à la Marine Chinoise de developper son expertise dans ce domaine.

Pour autant, et pas davantage que les Type 001, les Type 003 ne doivent être considérés que comme des navires écoles ou de tests. Ils disposent et disposeront de véritables capacités opérationnelles, qui seront cependant en adéquation avec les ambitions du moment de la Marine Chinoise, à savoir s’assurer de la suprématie navale et aérienne dans le Pacifique occidental, et dans une partie de l’Océan Indien. Leur simple présence obligera très certainement l’US Navy à concentrer une part importante de ses moyens dans cette zone, et conférera à Pékin un poids géopolitique bien plus significatif et plus étendu dans cette zone, au delà de ses propres côtes et de la Mer de Chine. En outre, ils contribueront à tenir à distance les flottes occidentales de ces eaux, permettant notamment à ses nouveaux sous-marins nucléaires lanceurs d’engins, la composante la plus redoutable de l’arsenal nucléaire aujourd’hui, de naviguer en parfaite sécurité sans craindre d’interférence américaine ou alliée.

L’arrivée du J-35 (nom non officiel) constituera une nouvelle étape majeure dans le processus d’évolution de la Marine Chinoise et dans sa maitrise du combat aéronaval

On le comprend, le Type 003 n’est pas, en soit, l’aboutissement d’une expertise comme peuvent l’être les porte-avions de la classe Ford américains, ou les Queen Elizabeth britanniques et PANG français. Ils représentent une classe de transition, comme le sont les Type 001, vers un modèle abouti que sera le Type 004. En revanche, de part ses caractéristiques, il constitue un pas capacitaire magistral pour la Marine Chinoise, une fois qu’elle aura appris à se servir de cet outil, notamment pour affirmer la main mise de Pékin sur le Pacifique Occidental. Comme l’ensemble des programmes militaires chinois actuels, le Type 003 s’inscrit dans un processus qui verra son aboutissement entre 2035 et 2050, et qui est, jusqu’ici tout du moins, piloté avec rigueur et efficacité par Pékin, le PCC et l’APL. C’est donc ainsi qu’il est indispensable d’évaluer ce navire, de sorte à pouvoir répondre aux enjeux des années à venir.

A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR