La Grande-Bretagne conditionne une nouvelle commande de F35B à la baisse des couts de maintenance

Alors que les F35B de la Royal Air Force ont entamé, à partir du porte-avions Queen Elizabeth II, les premières missions et frappes opérationnelles de l’appareil en visant des cibles de l’Etat Islamique au Moyen-Orient, le ministre de La Défense britannique, Ben Wallace, a pondéré ces précédentes déclarations concernant de futurs commandes de l’appareil de Lockheed-Martin. Selon le ministre conservateur, ces nouvelles commandes n’interviendront qu’une fois que l’intégration du missile air-air à longue portée Meteor aura été réalisée et validée à bord du nouvel appareil. Surtout, il a annoncé, ce 23 juin, que celles-ci n’interviendront qu’une fois que les couts de maintenance et de mise en oeuvre du F35 auront baissé, et seront stabilisés, ajoutant qu’il n’était pas question pour lui de « signer un cheque en blanc » aux industriels BAe et Lockheed-Martin.

Sans remettre en cause la volonté et le besoin britannique d’étendre la flotte de F35, 48 appareils ne permettant pas, à eux seuls, de soutenir l’activité de deux porte-avions en rotation à la mer, Ben Wallace a, par cette déclaration, lancé un nouveau pavé dans la marre du programme F35, dans un moment on ne peut plus délicat pour lui, alors que l’US Air Force et une partie des parlementaires américains émettent eux aussi des doutes quant à la capacité des industriels à amener les couts de possession de l’appareil aux niveaux requis pour une utilisation cohérente avec les besoins, soit 25.000 $ par heure de vol. Actuellement, les chiffres sont contradictoires concernant ces couts, puisque Lockheed-Martin annonce un cout à l’heure de vol de l’ordre de 33.000 $ (pour la version F35A basée à terre), alors que dans le même temps, le représentant démocrate Adam Smith, président de la commission défense de la Chambre des Représentant et singulièrement circonspect quant au programme F35, annonce pour sa part que celui-ci est aujourd’hui de 44.000 $.

Le porte-avions Queen Elizabeth II embarque des F35B appartenant à la Royal Air Force, mais également un escadron du Corps des Marines des Etats-Unis

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès gratuit intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits ». Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels. L’abonnement doit être souscrit sur le site web de Meta-Défense

Jusqu’à dimanche seulement, profitez de 20% de réduction sur votre abonnement annuel (pro/perso/étudiant) avec le code ETE2021


A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR