Pourquoi les dirigeants politiques allemands sont-ils de plus en plus hostiles au SCAF ?

Alors que le Bundestag vient d’autoriser le financement de la phase 1A du programme de coopération entre l’Allemagne, la France et l’Espagne, pour concevoir le démonstrateur du programme SCAF visant à remplacer les Eurofighter Typhoon et Rafale des 3 pays à l’horizon 2040, de nombreuses voix s’élèvent outre Rhin pour critiquer le programme ainsi que l’empressement dont ont fait preuve les autorités allemandes et françaises pour obtenir cet aval parlementaire. Il apparait, et ce de façon de plus en plus nette, que le programme SCAF, et avec lui l’ensemble de la coopération industrielle militaire franco-allemande, concentrent désormais de nombreuses hostilités, aussi bien dans la classe politique que parmi les militaires allemands.

Ainsi, le Rechnungshof, l’équivalent allemand de la court des comptes, a publié un rapport on ne peut plus sévère au sujet du programme, critiquant à la fois la légèreté avec lequel le gouvernement allemand a obtenu l’autorisation de financement du programme par le Bundestag sans avoir présenté un projet et un contrat parfaitement figé et négocié, mais également les financements supplémentaires demandés par les industriels outre-Rhin pour developper des systèmes qui manqueraient au programme SCAF actuel et dont la Luftwaffe aurait besoin, comme une prise en compte de la communication satellite par exemple. En effet, le ministère allemand de la defense a demandé, conjointement aux 3,3 Md€ nécessaires pour payer la participation au developpement du démonstrateur SCAF entre 2022 et 2027, 450 m€ pour financer les équipements nécessaires à sa propre industrie, et surtout 750 m€ pour developper les technologies qui seraient développées par les autres partenaires, ou développées de manière insuffisante par l’industrie allemande. Selon le Rechnungshof, il s’agit là d’une méthode extrêmement risquée pouvant entrainer de sérieux dérapages budgétaires, et une prise de risque inconsidérée.

Les capacités d’avion embarqué ou de frappe nucléaire imposées par la France dans le cadre du SCAF n’ont aucun intérêt pour l’Allemagne, et engendre un sentiment de rejet sensible du programme par la classe politique outre-Rhin

À en croire un article publié par « Der Spiegel », le programme SCAF est en train de fédérer une grande partie de la classe politique allemande contre lui, ainsi que contre « l’attitude de la France », qui s’emploierait à user d’une forme de chantage politique sur fond d’Europe de La Défense pour amener Berlin à financer un appareil dont elle seule aurait besoin. Au point désormais de créer un sentiment de rejet global partagé par de nombreux leaders politiques dans le pays, avec la certitude que l’Allemagne se fait, dans ce dossier, proprement arnaquer par la France. De fait, comme le révèle Der Spiegel, en dehors des proches de la chancelière Merkel, la classe politique allemande est désormais majoritairement hostile au projet, des Verts aux socialistes en passant par les nationalistes de l’Afd, tous estimants qu’il reproduit les mêmes erreurs que les programmes A400M et NH90, et qu’ils va se transformer en « gouffres à milliards » pour répondre aux exigences exclusives de la France.

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès gratuit intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits ». Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels. L’abonnement doit être souscrit sur le site web de Meta-Défense


A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR