L’hélicoptère de combat russe Mi-28NM entre dans l’ère des drones

On le sait, l’hélicoptère de combat Mil Mi-28N russe avait montré certaines limitations lors de son engagement en Syrie, ceci ayant amené les autorités russes à négocier avec le constructeur une importante phase de modernisation de l’appareil. On en sait désormais davantage sur les importantes évolutions apportées à l’hélicoptère et son système d’armes, ainsi que sur l’évolution de la doctrine d’emploi des hélicoptères de combat par les forces armées russes. A l’occasion d‘une interview accordée à l’Agence Tass par Vitaly Shcherbina, le chef designer des bureaux d’études Mil et Kamov, ce dernier a en effet apporté de nombreux éclaircissements sur cette profonde modernisation portant sur les 96 appareils en service aujourd’hui, ainsi que sur les capacités à venir de l’appareil.

Le retour d’expérience syrien lors de l’engagement des Mi-28N et des autres voilures tournantes russes avait en effet conclu que ces appareils étaient désormais vulnérables aux tirs et missiles venus du sol au dessus et à proximité directe du champs de bataille. En revanche, l’hélicoptère apporte toujours une mobilité et une puissance de feu plus que nécessaires à l’action terrestre moderne. Il se doit donc désormais de disposer de capacités d’engagement excédant la portée des systèmes sol-air à courte portée, et de capacités de détection permettant à l’équipage de connaitre la position des menaces et des cibles sur le champs de bataille, de sorte à pouvoir frapper sans être pris pour cible. Ces deux objectifs ont conditionné les évolutions du Mi-28NM, qui disposera d’un nouveau missile air-sol capable d’engager des cibles blindées jusqu’à 25 kilomètres et ce, sans devoir disposer d’une ligne de visée. Désigné sous le code « article 305 », ce nouveau missile pourra accrocher sa cible après avoir été tiré, à l’instar des nouveaux NLOS (No Line of Sight) occidentaux comme le SPIKE ER et le MMP, permettant à l’appareil de conserver le couvert du relief et donc de ne pas s’exposer à un tir de riposte.

Le Mi-28N avait montré certaines limitations lors de ses engagements en Syrie, et la modernisation vers la version NM repose en grande partie sur ces observations.

Outre le missile, le Mi-28MN recevra également de nouvelles roquettes guidées de 70mm, tout en conservant son canon de 30 mm pour engager les cibles proches. Surtout, il dispose de la capacité de mettre et en oeuvre et de contrôler des drones, qu’il s’agisse de drones de reconnaissance ou de munitions vagabondes, par l’ajout d’une interface de contrôle spécifiquement conçu à cet effet. L’hélicoptère a reçu par ailleurs un système de combat info-centré, offrant à l’équipage une vision claire et dynamique du champs de bataille, fusionnant les données en provenance de ses propres détecteurs, et notamment de son nouveau système Electro-optique et de son radar, ainsi que de ses drones, et des unités terrestres et aériennes alliées présentent sur la zone d’engagement.

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès gratuit intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits ». Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels.

Abonnement mensuel à 5,90 € par mois – Abonnement Personnel à 49,5 € par an – Abonnement Professionnel à 180 € par an – Abonnement Etudiant à 25 € par an – Hors code promotionnel –


Téléchargez l’application Mobile Meta-Défense pour IOS ou Android pour être informé des nouvelles publications par notification.

Disponible sur Google Play
Disponible sur l Apple Store

A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR