L’Armée Australienne désactive en urgence son système de gestion du champs de bataille d’origine israélienne

En 2010, dans le cadre des programme LAND 75 et LAND 125, l’Armée australienne avait sélectionné l’Israélien Elbit pour fournir son Battle Management System (Systeme de Gestion de Bataille) ou BMS, permettant de numériser les informations statiques et dynamiques du champs de bataille et d’améliorer ainsi grandement la conduite des opérations militaires. Le système, incluant notamment un certains nombres de kits pour équiper les véhicules de commandement, les véhicules de combat et les personnels d’infanterie, fut progressivement déployé dans les années qui suivirent, afin de palier certaines faiblesses constatées notamment lors des déploiements en Afghanistan. A partir de 2019, toutefois, des interrogations et des doutes commencèrent à être divulgués concernant la confidentialité sur la masse d’informations et de données remontée par le système, et la crainte que ces données sensibles ne soient renvoyées vers le prestataire israélien, Elbit System, notamment suite à un audit mené par l’Australian National Audit Office, ou ANAO, qui mit en lumière un montage contractuel d’une immense opacité et d’une grande complexité, et ce afin de réduire la facture qui s’élevait à 1,4 Md$ australiens, soit un peu plus de 900 m€.

Pour autant, la décision annoncée en début du mois d’avril 2021 par l’Armée Australienne de cesser d’utiliser intégralement le BMS d’ici la mi-mai apparait extraordinairement brutale, et ce d’autant qu’aucune alternative n’est prévue pour remplacer le système à ce jour, ramenant l’armée australienne 15 ans en arrière, lorsque la coordination des forces sur le terrain s’effectuait encore avec des cartes papiers, des boussoles et des radios, alors même que les tensions régionales sont élevées. Non seulement l’utilisation du BMS est-elle proscrite à partir du 15 Mai 2021, mais la connexion même au système est interdite. La décision a été signifiée à Elbit Australia sans appel possible, avec une communication pour le moins laminaire vers le public, selon laquelle le systeme BMS-C2 actuel cessera d’être employé, et que des travaux ont été engagés pour mettre en place une solution intérimaire.

Le BMS de l’Armée Australienne équipe les unités d’infanterie comme les véhicules blindés et de commandement (photo d’ouverture)

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès gratuit intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits ». Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels.

Connectez-vous ————— Abonnez-vous

Abonnement Mensuel 5,90 € / mois – Abonnement Personnel 49,50 € / an – Abonnement étudiant 25 € / an – abonnement professionnel 180 € / an – Sans engagement de durée.


A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR