Dans un discours aux apparences banales, V.Poutine entérine sa suprématie militaire sur l’Europe

Finalement, la montagne aura-t-elle accouché d’une souris ? Dans son discours annuel devant le parlement russe attendu avec anxiété tant par les russes que les ukrainiens et les biélorusses, Vladimir Poutine n’a finalement fait aucune annonce fracassante concernant un éventuel rattachement des provinces sécessionnistes ukrainiennes du Donbass ou de la Biélorussie à la Fédération de Russie. Les tensions restent toutefois au plus haut dans les deux pays, alors que le rassemblement de forces russes aux frontières de l’Ukraine, et le déploiement de forces de sécurité en Biélorussie restent très élevés. Sans préjuger des suites à venir de ces deux dossiers, Vladimir Poutine ayant une conférence avec son homologue biélorusse cet après-midi et le parlement russe étant toujours convoqué en session d’urgence dans 2 jours, le président russe est toutefois parvenu à montrer aux européens, en amont des actions potentielles à venir, qu’il disposait désormais d’une supériorité militaire absolue sur le continent.

Les armées russes ont en effet réussi le tour de force de déplacer et déployer 48 brigades de combat, un tiers de ses forces combattantes terrestres, mais également un grand nombre d’avions de combat, et une flotte très significative de plusieurs dizaines de bâtiments de guerre bien que spécialisée pour une intervention en Mer d’Azov, en seulement quelques semaines. Au total, ce sont entre 110.000 et 120.000 militaires russes qui ont été mobilisés dans cette région, alors même que de nombreux exercices régionaux mettaient d’autres régions en état d’alerte, comme en Mer Baltique. Les forces armées russes avaient déjà rassemblé de très importantes forces à l’occasion des derniers exercices annuels, comme Zapad 2017 qui rassembla plus de 70.000 hommes, et surtout Vostok 2019 qui en rassembla 300.000, dont plus de 100.000 effectivement déployés lors de l’exercice. Mais la prédictibilité de l’exercice, et des chiffres difficiles à valider sur le terrain, avaient amoindrie leurs effets politiques sur la scène internationale.

L’Exercice Zapad 2017 avait mobilisé plus de 70.000 militaires russes dans le nord-ouest du pays, aux frontières de la Biélorussie et de l’OTAN.

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès gratuit intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits ». Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels. L’abonnement doit être souscrit sur le site web de Meta-Défense


A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR