Le programme SCAF sort de l’ornière, sans résoudre les problèmes de fond

Après plusieurs semaines de psychodrame sur fond de tensions croissantes entre les revendications industrielles allemandes jugées excessives par la France, et les positions jugées autoritaires de l’industrie française selon l’Allemagne, le programme de Systeme de Combat Aérien du Futur, ou SCAF, qui rassemble la France, l’Allemagne et l’Espagne, est semble-t-il sorti de l’ornière dans laquelle il s’était engagé depuis des mois, grâce notamment à l’intervention du Sénat français et de sa commission défense et affaires étrangères. Dans une séance qui s’est apparentée à une psychothérapie de couple, les industriels français et allemands ont pu exprimer clairement leurs attentes, griefs et inquiétudes, permettant aux parties de trouver une porte de sortie, et présenter en fin de semaine dernière, un projet de coopération autour du pilier NGF (Next Generation Fighter) et du pilier Propulsion, les deux points d’achoppement qui bloquaient le programme.

La nature de l’accord trouvé entre Dassault Aviation et Airbus Defense and Space au sujet du NGF n’a pour l’heure pas été rendue publique. On ignore donc s’il y aura un unique démonstrateur construit par Dassault Aviation, ou deux démonstrateurs, l’un construit en France, l’autre en Allemagne par Airbus DS. En revanche, l’on sait désormais que ce sera le moteur M88 de Safran, celui-là même qui propulse le Rafale, qui équipera ce démonstrateur, et non l’EJ200 de Rolls-Royce co-développé par l’Allemand MTU, comme proposé par Berlin et Madrid, en dépit du fait que l’essentiel du moteur, à savoir l’électronique et les partie chaudes à haute pression, ont été conçues par l’entreprise britannique. Pour la propulsion du NGF, le principe de la co-entreprise entre Safran et MTU a été actée, le français réalisant les parties chaudes du moteur, l’allemand les parties froides. Mais ces accords apportent-ils vraiment les solutions à long terme pour garantir la pérennité et l’efficacité du programme face aux nombreuses interrogations remontées ces dernières semaines ? On peut raisonnablement s’interroger sur le sujet …

Le démonstrateur du NGF sera propulsé par le moteur M88 de Safran, qui équipe déjà le Rafale.

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès gratuit intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits ». Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels.

Connectez-vous ————— Abonnez-vous

Abonnement Mensuel 5,90 € / mois – Abonnement Personnel 49,50 € / an – Abonnement étudiant 25 € / an – abonnement professionnel 180 € / an – Sans engagement de durée.


A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR