Avec le Vixen, la Royal Navy étudie l’emploi d’un drone de combat embarqué polyvalent

Visiblement, l’ambition de doter les porte-avions HMS Queen Elizabeth et HMS Prince of Wales d’une catapulte et de brins d’arrêt pour mettre en oeuvre des drones de combat prend de l’ampleur au sein de la Royal Navy. En effet, selon plusieurs articles parus outre dans la presse spécialisée outre manche, la Royal Navy étudie activement la possibilité d’employer un drone de combat à voilure fixe, désigné programme Vixen, à bord de ses porte-avions, pour remplir de nombreuses missions, allant de l’alerte aérienne avancée au ravitaillement en vol, en passant par les frappes air-sol et air-surface, et les missions de renseignement et de communication. Mieux, l’objectif avoué de la Royal Navy est de disposer de ces capacités d’ici 2030, dans un effort pour adapter son dispositif aéronaval embarqué aux enjeux de la guerre aéronavale de haute intensité moderne.

Le programme Vixen, une référence au célèbre chasseur embarqué Sea Vixen conçu par De Havilland au début des années 50, n’est apparu que très récemment sur la scène publique britannique, et suit la demande d’information et de prix publiée par la Royal Navy pour doter ses porte-avions d’une catapulte et de brins d’arrêt il y a quelques semaines, afin de mettre en oeuvre des drones à voilure fixe aux cotés des F35B et des hélicoptères Merlin qui opèrent déjà a bord de ses navires. Il semble désormais que la Royal Navy ambitionne de faire porter sur ce programme l’ensemble de ses besoins non couverts par son aviation embarquée actuelle, afin de faire de ses porte-avions de véritables porte-avions de première ligne.

Le Vixen devra notamment remplacer le Merlin Crowsnest dans les missions de veille aérienne avancée, en reprenant le radar EL/M-2052 du pod Crowsnest à son compte

En premier lieu, la Royal Navy cherche à se doter d’une solution plus efficace que le couple formé par l’hélicoptère Merlin et le pod CROWSNEST pour l’alerte aérienne avancée, qui souffre des limites de l’hélicoptère en matière de vitesse, d’autonomie et d’altitude. Pour cela, elle envisage de doter le Vixen de la même technologie embarquée à bord du Crowsnest, et notamment le radar à antenne active AESA Elta EL/M-2052 de facture israélienne. permettant de suivre simultanément un grand nombre de cibles aériennes et navale. Selon le site Ukdefensejournal.org, l’objectif affiché par l’amirauté britannique est d’avoir entièrement transféré cette capacité de détection aéroportée du Merlin au Vixen d’ici 2030, afin de répondre aux enjeux opérationnels à venir.

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès gratuit intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits ». Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels.

Abonnement mensuel à 5,90 € par mois – Abonnement Personnel à 49,5 € par an – Abonnement Professionnel à 180 € par an – Abonnement Etudiant à 25 € par an – Hors code promotionnel –


Téléchargez l’application Mobile Meta-Défense pour IOS ou Android pour être informé des nouvelles publications par notification.

Disponible sur Google Play
Disponible sur l Apple Store

A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR