L’Allemagne veut un programme européen de défense anti-aérienne rapprochée SHORAD

La Défense anti-aérienne rapprochée est incontestablement l’une des grandes vulnérabilités des armées européennes modernes. Après 30 années d’engagements dissymétriques durant lesquels la menace aérienne était inexistante ou controlée par la seule puissance aérienne, les forces armées occidentales ont vu peu à peu leurs systèmes anti-aériens à courte portée issus de la guerre froide, comme le Roland franco-allemand, ou le Rapier britannique, retirés du service, parfois pour être remplacés par des missiles anti-aériens à courte portée d’infanterie comme le Mistral et le Stinger. Or, si ces missiles apportent effectivement une réponse ponctuelle pour engager des aéronefs, ils n’offrent en revanche aucun système de détection avancé permettant la surveillance du ciel et donc une protection à 360° par tous les temps, de jour comme de nuit. En outre, ils s’avèrent souvent peu efficaces contre les menaces aériennes récentes comme les drones légers et les munitions vagabondes, et n’offrent pas de capacités de réaction suffisantes pour contrer les missiles de croisière et les roquettes. De fait, l’immense majorité des unités terrestres européennes est aujourd’hui vulnérable à ce type d’attaque, dont l’efficacité a été démontrée lors des engagements en Syrie, en Libye, et surtout dans le Haut-Karabakh en 2020.

Dans le cadre la modernisation des capacités de défense anti-aérienne de la Bundeswehr, l’Armée Allemande, suite à l’abandon du programme Taktisches Luftverteidigungssystem, ou TLVS, jugé trop onéreux, le ministère allemand de la Défense a annoncé qu’il entendait lancer une programme destiné à concevoir et produire un nouveau système anti-aérien et anti-drones à courte portée à l’échelon européen. Il entend ainsi remplacer ses systèmes Ozelot, des chenillettes légères Weisel équipées de 4 missiles sol-air FIM-92 Stingers, aujourd’hui aussi obsolètes que peu nombreuses. La défense aérienne à longue portée sera confiée, pour sa part, à l’américain Raytheon qui procédera à la modernisation des systèmes Patriot déjà en service au sein de la Bundeswehr, avec pour objectif de disposer de la pleine capacité opérationnelle d’ici 2030.

La Bundeswehr emploie quelques systèmes Ozelot équipés de 4 missiles FIM-92 Stinger pour assurer La Défense anti-aérienne de ses unités mobiles.

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès gratuit intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits ». Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels. L’abonnement doit être souscrit sur le site web de Meta-Défense


A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR