Les nouveaux Hélicoptères de combat turcs T929 Atak 2 auront des turbines ukrainiennes

Comme nous le disions il y a quelques jours, la nationalisation du motoriste ukrainien Motor Sich afin de prévenir le groupe chinois Skyrizon de s’en emparer n’ira pas sans créer de sérieuses inquiétudes dans la région de Zaporizhia, où le groupe emploie la majorité de ses 20.000 collaborateurs. La crainte est forte en effet, que l’éviction du groupe chinois qui avait affiché de grandes ambition notamment en matière d’investissement, ne condamne à terme l’activité de l’ensemble du groupe, qui aujourd’hui peine sérieusement à trouver une activité suffisante pour maintenir les emplois. Dans ce même article, nous émettions deux hypothèses pour justifier la décision du président ukrainien Volodymyr Zelenskiy de passer par cette nationalisation, outre la volonté d’empêcher un pillage technologique, avec le risque politique que cela comporte si le groupe venait à faire face à des difficultés trop importantes menaçant sa survie et les emploies qui en dépendent.

La première était une assurance possiblement donnée par les occidentaux, américains et/ou européens, d’un soutien d’activité, dans la mesure ou priver la Chine des savoir-faire et des technologies de Motor Sich permettra de retarder l’arrivée de moteurs aéronautiques chinois performants plusieurs années aussi bien dans le domaine civil que militaire, donnant de fait aux occidentaux le temps nécessaire pour s’adapter et répondre à ce défi désormais inexorable. La seconde, que nous jugions probable, était que l’Ukraine et la Turquie allaient se rapprocher dans ce domaine afin de pallier les sanctions occidentales contre Ankara, sanctions qui entravent sévèrement l’exécution des programmes turcs comme l’hélicoptère de combat Atak T129 ou le chasseur TFX. De toute évidence, nous avions vu juste puisque selon Temel Kotil, le président de la société turque TAI qui est en charge de tous les programmes aéronautiques militaires et civils du pays, le nouvel hélicoptère de combat T929 ATAK 2 sera justement prochainement propulsé par des turbines de factures ukrainiennes.

L’hélicoptère de combat T129 Atak a connu son baptêmes du feu en 2018 lors de l’opération turque  » Rameau d’Olivier »visant à repousser les combattants djihadistes et surtout kurdes le long de sa frontière avec la Syrie. credit photo REUTERS/Murad Sezer/File Photo

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès gratuit intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits ». Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels. L’abonnement doit être souscrit sur le site web de Meta-Défense


A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR