La Royal Navy veut une catapulte et des brins d’arrêt sur ses porte-avions

Depuis le porte-avions HMS Bulwark entré en service en 1959, la Grande-Bretagne n’a plus conçu de porte-avions dotés de catapultes et de brins d’arrêt, capables de mettre en oeuvre des avions à voilure fixe embarqués conventionnels. Avec l’arrivée du Harrier et du Sea Harrier à décollage et atterrissage court ou vertical, la marine britannique choisit en effet de concevoir des porte-avions dotés de tremplins, certes moins efficaces, mais également beaucoup moins onéreux que leurs homologues dotés de catapultes, comme les porte-avions de la classe Clemenceau français, ou leur successeur, le porte-avions nucléaire Charles de Gaulle.

Les deux derniers porte-avions britanniques, le HMS Queen Elizabeth et le HMS Prince of Wales ne font pas exceptions. Ces navires de plus de 280 mètres pour 65.000 tonnes peuvent mettre en oeuvre jusqu’à une cinquantaine d’aéronefs, dont le successeur du Sea Harrier, le F35B Lighting 2, lui aussi capable de décoller et d’atterrir verticalement ou sur de courtes distances, notamment en employant le tremplin qui termine le pont d’envol incliné du navire britannique. Dans ces conditions, il peut sembler étonnant que la Royal Navy ait décidé d’installer un système de catapulte et de brins d’arrêt sur ses deux fleurons. C’est pourtant ce qu’indique un article publié par le quotidien britannique The Telegraph, ajoutant que l’objectif était d’installer ce dispositif sur l’un des navires d’ici 2023.

Le nombre de F35B dont disposera la Royal Air Force semble avoir été réduit à 48 appareils, une baisse de plus de 60% vis-à-vis du format initialement prévu, afin de concentrer les ressources disponibles sur le programme Tempest

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès gratuit intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits ». Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels.

Connectez-vous ————— Abonnez-vous

Abonnement Mensuel 5,90 € / mois – Abonnement Personnel 49,50 € / an – Abonnement étudiant 25 € / an – abonnement professionnel 180 € / an – Sans engagement de durée.


A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR