Les pilotes doivent plus voler pour réduire les accidents, selon la Sécurité des vols militaires américaines

Selon les conclusions d’un rapport de l’U.S. National Commission on Military Aviation Safety (NCMAS), 43% des 6000 accidents aériens ayants touchés des aéronefs militaires américaines entre 2013 et 2018 étaient dus à une mauvaise connaissance ou une mauvaise application des procédures de vol et de sécurité, de la part des personnels navigants ou du personnel de maintenance. Ces accidents ont couté la vie à 198 miltaires américains, détruits 157 aéronefs, et couté presque 10 Md$ au budget fédéral américain.

Toujours cette étude, ces incidents sont en majorité liés à un nombre insuffisant d’heures de vol pour les pilotes et à de mauvais programmes de formation, entrainant la baisse de qualité des personnels navigants. Par ailleurs, ces derniers seraient trop accaparés par des taches annexes, notamment administratives, alors que les entrainements en simulateurs seraient, pour leur part, mal encadrées et mal appliquées, entrainant parfois des comportements à risques pendant les vols, et engendrant des accidents. Enfin, des problèmes dans la chaine logistique, entrainant un défaut de maintenance des aéronefs, sont également pointées du doigt par la NCMAS.

Même le très moderne F35 n’échappe pas aux accidents aériens, 4 exemplaires ayant déjà été détruits lors d’accidents, dont 3 appartenant aux forces aériennes US.

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès gratuit intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits ». Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels. L’abonnement doit être souscrit sur le site web de Meta-Défense


A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR