Pékin entamerait-il le déploiement d’un système de détection antimissile par ballons captifs ?

En 2015, une information avait circulé selon laquelle la Chine testerait un système de détection anti-missiles porté par un ballon captif à hélium, et capable d’évoluer à des altitudes allant de 20 à prés de 100 km. Il semble désormais que cette technologie soit prête à être déployée, si l’on en croit l’analyste défense japonais Saburo Tanaka, cité par le site Kyodonews.net. Ce dernier s’appuie en effet sur un cliché satellite d’une nouvelle base aérienne dotée d’une piste toute aussi nouvelle de 2000 mètres environ, et arborant sur son tarmac un ballon de reconnaissance ayant toutes les caractéristiques du projet de 2015. Une observation similaire avait été faite par satellite en 2019 sur l’ile de Mischief Reef, une des nouvelles bases militaires chinoises construites en Mer de Chine dans l’archipel des Spratley’s.

La position de la base aérienne est également, à elle seule, une indication. Proche des infrastructures portuaires de Dalian, à quelques encablures de la frontière avec la Corée du Nord, l’emplacement est idéal pour obtenir une capacité de détection optimum vis-à-vis de n’importe quel drone, aéronef ou missile de croisière en Mer Jaune qui sépare la péninsule coréenne du continent chinois, ainsi qu’en mer de Chine orientale, enjeu de tant de crispation ces dernières années.

Photo satellite montrant le ballon captif chinois sur l’atoll de Mischief Reef en 2019 (Photo ISI/The drive)

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès gratuit intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits ». Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels. L’abonnement doit être souscrit sur le site web de Meta-Défense


A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR