Vladimir Poutine impose la paix dans le Haut-Karabakh

Quelques heures à peine après qu’un hélicoptère russe Mi-24 Hind ait été abattu par erreur par les forces Azéris au dessus du sol arménien, le président Russe Vladimir Poutine a annoncé la signature d’un traité de paix définitif et total dans le Haut-Karabakh entre les forces arméniennes et azéris. Si la signature de ce traité par le premier ministre arménien Nikol Pashinyan a provoqué la colère de nombreux arméniens, cette conclusion était pourtant pour le moins prévisible, et les termes de l’accord de paix imposé par Moscou sont loin d’être aussi défavorables aux arméniens qu’il n’y parait.

Depuis l’arrivé au pouvoir du premier ministre arménien en 2018, à la suite d’un mouvement populaire massif assimilé par Moscou à une « révolution de couleur », la Russie avait toujours pris soin de mettre en garde Erevan et Stepanakert contre la montée en puissance économique, démographique et militaire de l’Azerbaïdjan, pressant les autorités arméniennes de trouver une solution pacifique négociée au sujet du Haut-Karabakh. Mais poussées par des élans nationalistes et par l’image des succès militaires du début des années 90, les autorités arméniennes conservèrent un discours très ferme vis-à-vis de Baku, ce qui favorisa la montée des tensions, exacerbées par la Turquie en quête d’un succès militaire régionale marquant.

C’est un hélicoptère d’attaque Mi24 Hind russe comme celui-ci qui a été abattu par les forces azéris par erreur, faisant 2 morts et 1 blessé.

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès gratuit intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits ». Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels.

Connectez-vous ————— Abonnez-vous

Abonnement Mensuel 5,90 € / mois – Abonnement Personnel 49,50 € / an – Abonnement étudiant 25 € / an – abonnement professionnel 180 € / an – Sans engagement de durée.


A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR