Pour les experts occidentaux, les chasseurs J-20 et Su-57 ont des performances contestables

Il est bien souvent difficile d’évaluer avec précision les performances réelles d’un avion de combat, surtout lorsque celui-ci se trouve nimbé d’une aura de confidentialité. Pourtant, Justin Bronk, un analyste reconnu du très célèbre Royal United Services Institute, ou Rusi, de Londres, n’hésite pas à mettre en doute les capacités réelles des chasseurs russes Su-57 et des chasseurs chinois J-20, les deux fleurons nationaux des adversaires déclarés des Etats-Unis, surtout lorsqu’ils sont comparés aux F-22 et F-35 américains. La RAND Corporation, dans une analyse sur la puissance aérienne en Europe, porte sensiblement le même constat. Ces appréciations sont-elles fondées, et peut-on en déduire une incontestable supériorité technologique occidentale et surtout américaine dans ce domaine, aujourd’hui et pour les années à venir ?

Le Su-57, une conception différente de la guerre aérienne

A l’instar de ses blindés, la conception des avions de combat russes répond à une logique opérationnelle très éloignée de celle employée par les Etats-Unis et l’occident en général. En effet, les forces aériennes russes ne cherchent pas nécessairement à obtenir la suprématie aérienne en vue de déployer la puissance de feu de leur aviation, mais elles participent, avec d’autres systèmes, et en particulier les systèmes anti-aériens multi-couches très denses dans les forces russes, à interdire à l’adversaire d’obtenir cette supériorité. Et la conception du Su-57 répond à ce besoin précis.

Le Su-57 n’a pas sacrifié à la furtivité les autres caractéristiques majeurs d’un avion de combat, comme la vitesse, la manoeuvrabilité ou le rayon d’action

En effet, les ingénieurs russes ont privilégié sur cet appareil des caractéristiques comme la vitesse, la manoeuvrabilité, le rayon d’action et la capacité d’emport, acceptant en cela que sa furtivité sera moindre que celle des avions de combat américains comme le F-35 ou le F-22. Ces caractéristiques sont en effet bien plus importantes pour les missions de chasse et d’interception, qu’elles ne peuvent l’être pour des missions d’attaque et de suppression, pour lesquelles la furtivité demeure un atout important afin d’éviter d’être pris pour cible par les défenses anti-aériennes adverses. En outre, le Su-57 est, à l’instar du Su-27 son aïeul, davantage une plate-forme qu’un modèle d’avion de combat, et il faudra s’attendre à voir de nombreuses versions spécialisées apparaitre, comme ce fut le cas avec le Su-30 multi-missions, le Su-33 de chasse embarqué, le Su-34 d’attaque, et le Su-35s de suprématie aérienne, tous dérivés du Su-27 initial.


Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès gratuit intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits ». Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels.

Connectez-vous ————— Abonnez-vous

Abonnement Mensuel 5,90 € / mois – Abonnement Personnel 49,50 € / an – Abonnement étudiant 25 € / an – abonnement professionnel 180 € / an – Sans engagement de durée.


A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR