Le Sous-marin nucléaire Perle sauvé par une idée remarquable des ingénieurs de Naval Group

L’avenir du sous-marin nucléaire d’attaque Perle de la Marine Nationale semblait très compromis aprés l’incendie qui endommagea très lourdement toute la tranche avant du submersible alors que ce dernier était en maintenance à l’arsenal de Toulon en juin de cette année. Les dégâts étaient à ce point importants qu’une reconstruction de l’avant devait être envisagée pour espérer voir le sous-marin reprendre la mer, avec des couts bien trop importants pour pouvoir être supportés par Naval Group, son assureur et le ministère des Armées. Dans le même temps, le retrait anticipé du Perle aurait privé la Marine Nationale d’un sous-marin nucléaire d’attaque dans un contexte particulièrement tendu, alors que le programme de SNA Suffren a pris plusieurs années de retard, que les SNA précèdent de la classe Rubis, à laquelle appartient le Perle, arrivent en limite de potentiel, et que la pression opérationnelle est, elle, d’une densité très élevée.

La situation semblait sans issue, et la Marine Nationale s’apprêtait à devoir se passer d’un sous-marin supplémentaire pendant au moins 3 ans, lorsque les ingénieurs de Naval Group imaginèrent une solution aussi élégante qu’originale, et même économique, en temps comme en crédit. La solution proposée par le constructeur naval français repose en effet sur le remplacement de l’avant endommagée du Perle par celui du Saphir, deuxième unité de la classe Rubis, entré en service en 1984 et retiré du service en juillet 2019, et dont le désarmement a été entamé à Cherbourg. Tous les SNA de la classe étant passés par la refonte Amethyste, la tranche avant du Saphir, initialement différente de celle du Perle entré en service 9 ans plus tard, sont en effet identiques.

L’incendie du Perle intervint lors d’un arrêt technique en juillet 2019, et détruisit une grande partie du compartiment avant du submersible

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles d’actualité sont accessibles 24 heures, et les articles Magazine le sont 48 heures. Au delà, elles ne peuvent être consultées que par les abonnés au service Meta-Defense. Les articles traitant de sujets sensibles sont réservés aux abonnés dès leur publication.

Abonnement Personnel à 4,95 € par mois ou 49,5 € par an – Abonnement Professionnel à 18,00 € par mois ou 180 € par an – Abonnement Etudiant à 2,5 € par mois ou 25 € par an – Hors code promotionnel –


Téléchargez l’application Mobile Meta-Défense pour IOS ou Android pour être informé des nouvelles publications par notification.

Disponible sur Google Play
Disponible sur l Apple Store

A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR