L’OTAN re-investit l’Atlantique Nord face à la Russie

En 1986, l’écrivain Tom Clancy et son acolyte Larry Bond, à qui l’on doit le fameux jeu de simulation naval Harpoon, publièrent le roman « Red Storm Rising », en français « Tempête Rouge ». L’histoire passionnante présentée dans le livre aborde, notamment, le rôle clé pour l’OTAN que représentait l’Islande dans la maitrise potentielle de l’Atlantique Nord pour maintenir un flux logistique entre les Etats-Unis et l’Europe dans le cas d’un conflit avec l’Union Soviétique. Le roman marqua à ce point les esprits que l’OTAN décida de renforcer sa présence sur la base aérienne islandaise de Keflavik, en y déployant en permanence un escadron de chasseurs F15.

Après l’effondrement de l’Union Soviétique et du Pacte de Varsovie, la menace sur l’Europe s’est très rapidement atténuée, condamnant les bases aériennes déployées pour contrôler le trafic maritime, sous-marin et aérien dans le nord de l’Atlantique, à la limite du cercle polaire. Mais avec la reconstruction de l’outil de défense russe, nous assistons depuis peu au retour de l’OTAN sur ce théâtre stratégique pour garantir la passerelle jugée vitale entre le continent américain et les membres européens de l’OTAN.

Les sous-marins nucléaires de la classe Iassen marquent la volonté de Moscou de retrouver une capacité militaire significative dans les océans, notamment dans l’Atlantique Nord.

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès gratuit intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits ». Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels.

Connectez-vous ————— Abonnez-vous

Abonnement Mensuel 5,90 € / mois – Abonnement Personnel 49,50 € / an – Abonnement étudiant 25 € / an – abonnement professionnel 180 € / an – Sans engagement de durée.


A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR