La vulnérabilité des avions-ravitailleurs inquiète l’US Air Force

Il n’y a pas de chasseurs sans ravitailleurs ! Cette phrase « No fighters Without Tankers » résume à elle seule une des principales doctrines de l’US Air Force ces 60 dernières années. En effet, avec la guerre du Vietnam, les Etats-Unis, et en particulier l’US Air Force, comprirent le rôle déterminant de ces appareils, mais également des avions de renseignement électronique ou des avions de veille aérienne, pour employer le plus efficacement possible une force aérienne. Aujourd’hui, l’US Air Force opère à elle seule 614 avions spécialement dédiés au ravitaillement en vol, représentant 77% de l’ensemble des avions de ce type dans le monde.

Mais pour pouvoir profiter de ses avions de soutien, et notamment de ses ravitailleurs, il est indispensable d’obtenir une maitrise absolue du ciel, que ce soit vis-à-vis de l’aviation de chasse adverse, ou de ses systèmes sol-air à longue portée. Or, l’arrivée de nouveaux appareils russes comme les Su-35 et le Su-57, ou chinois comme le J-16 ou le J-20, ainsi que de nouveaux missiles air-air et sol-air à longue portée, constitue désormais une menace très importante pour les ravitailleurs américains. Et comme le fait remarquer Will Roper, le « Tzar » des acquisitions de l’US Air Force comme il est de plus en plus souvent désigné par la presse spécialisée outre-atlantique, perdre un avion ravitailleur, c’est perdre également le potentiel des appareils de combat qui devaient s’y ravitailler. De multiplicateur de force, un ravitailleur abattu deviendrait alors un diviseur de force, le pire cauchemar des stratéges militaires.

Le missile Air-Air à très longue portée russe R37M est donné pour pouvoir frapper des cibles jusqu’à 400 km, bien qu’il n’existe aujourd’hui aucun système de détection et de guidage aéroporté en Russie capable d’opérer à de telle distance. Il n’en représente pas moins une véritable menace pour les appareils de soutien de l’OTAN

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles d’actualité sont accessibles 24 heures, et les articles Magazine le sont 48 heures. Au delà, elles ne peuvent être consultées que par les abonnés au service Meta-Defense. Les articles traitant de sujets sensibles sont réservés aux abonnés dès leur publication.

Abonnement personnel à 4,95 € par mois, 2,50 € par mois pour les étudiants et 18 € par mois pour les abonnements professionnels. La souscription annuelle offre 2 mois gratuits.


Téléchargez l’application Mobile Meta-Défense pour IOS ou Android pour être informé des nouvelles publications par notification.

Disponible sur Google Play
Disponible sur l Apple Store

A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR