La Turquie sera-t-elle le révélateur de l’échec de l’Europe de La Défense ?

L’Europe de La Défense a été un des thèmes de campagne majeur du candidat Emmanuel Macron lors des élections présidentielles de 2017. A peine fut-il élu qu’il entreprit de donner corps à cette vision, en lançant plusieurs programmes en partenariat stratégique avec l’Allemagne. Depuis, il n’a cessé de tenter de convaincre ses homologues européens du bienfondé de cette vision purement française d’une Europe suffisamment puissante militairement et industriellement pour ne plus dépendre de la protection ou des technologies d’un allié pour assurer sa protection, et la préservation de ses intérêts dans le monde. Aujourd’hui, les tensions avec Ankara mettent en évidence des divergences conceptuelles si fortes entre européens en matière de Défense qu’elles pourraient définitivement sonner le glas de cette initiative du président français.

En effet, en quelques semaines, Ankara a fait la démonstration sans équivoque de la faiblesse des institutions européennes, qu’il s’agisse de l’Union européenne comme de l’OTAN, tant les positions des européens, et de leurs alliés américains, peuvent diverger, au point de neutraliser toute possibilité de réaction ou de ripostes coordonnées. Plusieurs événements survenus ces dernières semaines donnent corps à ce constat. En premier lieu, sans surprise, le déploiement du navire de recherche Orus Reis et de son escorte militaire dans les eaux séparant Chypre et son allié grec, a mis en évidence le gouffre qui peut séparer les européens dans le domaine de l’assistance militaire à un allié. Alors qu’Athènes mettait en alerte ses forces aériennes et navales, et que Paris déployait dans la région un navire de combat et des avions Rafale pour marquer son soutien à ses alliés grecs et chypriotes, aucun autre pays européen ne déploya de forces militaires en ce sens, en dépit de la requête des autorités des deux pays menacés.

Le déploiement du navire d’exploration gaziere turc Orus Reis et de son escorte armée de 5 à 7 navires de combat est au coeur des tensions entre Athènes et Ankara

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès gratuit intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits ». Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels.

Connectez-vous ————— Abonnez-vous

Abonnement Mensuel 5,90 € / mois – Abonnement Personnel 49,50 € / an – Abonnement étudiant 25 € / an – abonnement professionnel 180 € / an – Sans engagement de durée.


A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR