Exercices d’invasion, déploiement de bombardiers : La Chine fait monter la pression sur Taïwan et les Etats-Unis

Il ne se passe désormais guère plus qu’un ou deux jours entre les annonces de nouvelles provocations ou de nouvelles mesures de coercition entre les Etats-Unis et la Chine. A peine le secrétaire à la Santé américain, Alex Azar, eut-il quitté Taipei après sa visite que les autorités chinoises ont déclenché une série d’exercices et de manoeuvres pour faire une nouvelle fois monter d’un cran la pression sur Taiwan et sur l’allié américain. La réponse américano-taiwanaise n’a elle non plus, guère tardée.

Au lendemain de la visite de l’officiel américain pour assurer les autorités de Taiwan du soutien de Washington, Pékin a lancé un exercice d’une grande ampleur rassemblant de nombreux moyens navals, amphibies et aériens, dans la passe de Taiwan, obligeant La Défense aérienne taïwanaise à intervenir. L’exercice, qui comportait notamment des phases de tir réel, avait en outre un libellé bien spécifique dans les médias chinois, puisqu’il a été présenté comme  » un exercice anti-sécessionniste », afin de rappeler que, pour Pékin, la République de Chine, sur l’ile de Taiwan, n’est autre qu’un mouvement sécessionniste destiné à réintégrer la République Populaire de Chine.

Le bombardier H6J peut emporter jusqu’à 6 missiles anti-navires supersoniques à longue portée

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès gratuit intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits ». Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels.

Connectez-vous ————— Abonnez-vous

Abonnement Mensuel 5,90 € / mois – Abonnement Personnel 49,50 € / an – Abonnement étudiant 25 € / an – abonnement professionnel 180 € / an – Sans engagement de durée.


A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR