La Japon lance un partenariat public-privé pour soutenir et accroitre ses exportations de Défense

Constitutionnellement, le Japon ne peut exporter d’armes, raison pour laquelle l’industrie nippone de l’armement est restée essentiellement cantonnée dans des productions nationales. Mais l’évolution rapide de la situation géostratégique en Asie, et les conséquences qui en résultent en matière d’investissement pour le budget nippon, ont amené les autorités du pays à réviser ce dogme stricte, et de se mettre en quête de marchés à l’exportation pour certaines productions nationales.

Ainsi, Tokyo vient d’annoncer la création d’une structure sous forme de partenariat Public-Privé en coopération avec le secteur privée de l’armement, pour promouvoir et étendre les exportations d’équipements de Défense « non létaux » vers des pays proches comme l’Indonésie, l’Inde, la Malaisie ou encore le Vietnam. C’est dans ce cadre que le contrat d’exportation et de financement de 6 patrouilleurs à destination des gardes cotes vietnamien a été mis en oeuvre. Si Tokyo s’interdit d’exporter des équipements létaux de manière directe, il semble que rien n’empêchera les entreprises de défense japonaise de participer à la conception et le fabrication de tels équipements par l’industrie locale du client.

Dérivé du F16, le F2 japonais n’a jamais été exporté en dépit de ses caractéristiques évoluées

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès gratuit intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits ». Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels. L’abonnement doit être souscrit sur le site web de Meta-Défense

Jusqu’à dimanche seulement, profitez de 20% de réduction sur votre abonnement annuel (pro/perso/étudiant) avec le code ETE2021


A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR