Malgré l’accord de retrait, la Chine et l’Inde renforcent leurs positions dans l’Himalaya

Les bruits de bottes commencent à devenir assourdissant en cette année 2020, tant les crises régionales et internationales prennent rapidement de l’ampleur, et que se dessine des conflits armés potentiellement majeurs. Et si les tensions sino-indiennes sur les plateaux himalayens du Ladakh ne défraient pas les chroniques des médias européens, elles n’en représentent pas moins les prémisses d’un conflit entre les deux plus grandes nations mondiales du point de vu démographique, par ailleurs toutes deux disposant d’armes nucléaires. Une telle confrontation aurait, sans le moindre doute, des conséquences incalculables sur l’économie mondiale … Evidemment, face à la reprise de la coupe d’europe de football ….

Si les hauts plateaux himalayens sont depuis la fin des années 60 une zone de tension entre New Delhi et Pékin, ceci étant lié à des désaccords sur la ligne de démarcation valant frontière entre les deux pays, la confrontation prit un tournant tragique le 16 juin 2020, lorsque des éléments des forces armées indiennes et chinoises engagèrent un combat « au corps à corps  » (comprendre sans armes à feu), qui se soldera par 20 morts cotés indiens, et un nombre indéterminé de victimes cotés chinois (35 morts selon le renseignement américain), constituant le premier affrontement meurtrier entre les deux pays en 45 ans. Depuis, et en dépit des annonces de retraits des deux cotés, chaque pays a sensiblement renforcé ses moyens militaires dans la zone.

Le déploiement d’hélicoptères de combat lourds AH-64 Apache sur le théâtre des plateaux himalayens marque incontestablement la montée en puissance du dispositif défensif indien dans la zone.

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès gratuit intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits ». Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels. L’abonnement doit être souscrit sur le site web de Meta-Défense


A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR