La France aurait déployé des Rafale à Chypre

Selon le site Defenseworld.net, généralement bien informé sur ce qui entoure La Défense turque, deux avions de combat Rafale de l’Armée de l’Air française ont été observés sur la base chypriote Andreas Papandreou prés de la ville de Paphos, sur la côte occidentale de l’ile. Les deux appareils français, accompagnés d’un avion ravitailleur Hercule KC-130J et d’un C-160R Transall de soutien logistique, participeraient à des exercices avec la Garde nationale chypriote. Mais l’information intervient alors qu’Athènes et Nicosie sont à nouveau en état d’alerte suite à l’intrusion d’un nouveau bâtiment turc d’exploration minière accompagné d’une escorte navale armée dans les eaux chypriotes. De fait, le déploiement des deux chasseurs français prend immédiatement une toute autre dimension, et apparait comme un message de Paris à destination d’Ankara concernant le soutien que la France apporte, et apportera si nécessaire, si la Turquie venait à tenter le passage en force dans ce dossier.

Les tensions entre la capitale française et la capitale turque sont allées croissantes ces dernières années. Initialement, Ankara reprochait à la France son alliance de fait avec les Peshmergas Syriens, combattants kurdes ayant fait preuve d’une grande determination dans le combat contre Daesh, mais que les autorités turques considèrent affiliés au PKK, le parti indépendantiste kurde qui a mené de nombreuses attaques terroristes sur le sol du pays. En représailles, la presse turque avait diffusé la position des forces spéciales françaises présentes en Syrie, faisant naturellement peser un danger bien plus important sur ces forces habituées à la discrétion. Par la suite, ce sont les offensives turques dans le nord de la Syrie, notamment contre les alliés syriens kurdes de la France, qui envenimèrent les relations turco-françaises, alors que le président Erdogan demandait le soutien des alliés européens pour renforcer sa défense aérienne, tout en menaçant ces mêmes européens d’un blocage systématique de l’OTAN et de libérer des vagues de migrants sur les cotes du vieux continent.

Le 17 juin, la frégate légère furtive Courbet de la Marine Nationale fut par 3 fois éclairé par un radar de tir opéré par une frégate turque, créant un grave incident entre Paris et Ankara, ainsi que le retrait français des opérations de l’OTAN en Méditerranée orientale.

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles d’actualité sont accessibles 24 heures, et les articles Magazine le sont 48 heures. Au delà, elles ne peuvent être consultées que par les abonnés au service Meta-Defense. Les articles traitant de sujets sensibles sont réservés aux abonnés dès leur publication.

Abonnement personnel à 4,95 € par mois, 2,50 € par mois pour les étudiants et 18 € par mois pour les abonnements professionnels. La souscription annuelle offre 2 mois gratuits.


Téléchargez l’application Mobile Meta-Défense pour IOS ou Android pour être informé des nouvelles publications par notification.

Disponible sur Google Play
Disponible sur l Apple Store

A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR