La Turquie construit une nouvelle usine pour son futur avion de combat T-FX

L’exclusion d’Ankara du programme F35 a évidemment fait couler beaucoup d’encre, en Turquie comme aux Etats-Unis. Au delà des aspects politiques et industriels, la principale contrainte pour les armées turques de cette décision liée à l’acquisition de systèmes S-400 d’origine russe, est l’absence de solution à court terme pour remplacer une partie de sa force aérienne atteint par une forte obsolescence, comme c’est le cas de ses F4E Phantom acquis dans les années 70. Mais cela prive également Ankara de soutiens occidentaux pour developper son programme de chasseurs de « nouvelle génération » T-FX, destiné à remplacer les quelques 250 F16 en service au sein des forces aériennes turques.

Si, un temps, Ankara semblait se rapprocher de Moscou pour acquérir des chasseurs Su-35 et éventuellement participer au programme Su-57, cette option semble avoir perdu de son attrait alors que les zones de tension entre les deux pays ne cessent de se multiplier et de se détériorer, que ce soit en Syrie, en Libye ou dans les tensions opposant l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Tous les regards se portent donc désormais sur le programme T-FX, qui devient un symbole du renouveau de l’industrie de défense turque, avec le char lourd Altay, les corvettes Ada, l’hélicoptère T129 ou le drone armé Bayraktar TB2.

Le char de combat Altay est un des symboles des capacités de la nouvelle industrie de défense turque.

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès gratuit intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits ». Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels.

Abonnement Mensuel 5,90 € / mois – Abonnement Personnel 49,50 € / an – Abonnement étudiant 25 € / an – abonnement professionnel 180 € / an – Sans engagement de durée.


A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR