Est-il trop tard pour le NEURON ?

Le 1er décembre 2012, le premier drone de combat de facture européenne, le NEURON, prenait l’air pour la première fois de la base aérienne 125 d’Istres, dans les Bouches-du-Rhône, pour un vol qui dura 25 minutes au dessus de l’étang de Berre. Cet événement concrétisait 9 années d’efforts de la part des équipes de Dassault Aviation et de ses partenaires européens Italiens, Suédois, Espagnols, Grecs et Suisses, et offrait à l’Europe l’opportunité de se positionner en tête dans le domaine des drones de combat furtifs, appelés à devenir cruciaux dans les guerres aériennes à venir. 8 années plus tard, le programme de démonstrateur n’a donné lieu à aucune conversion opérationnelle, ni même à un programme industriel, alors que dans le même temps, les grandes nations militaires, comme les Etats-Unis (Skyborg, Stingray), la Russie (S70 Okhotnik-B) et la Chine (GJ-11 Sharp Sword) ont tous entamé la production industrielle de ce type d’équipements. Comment expliquer ce raté phénoménal français et européens ? Et surtout, est-il aujourd’hui trop tard pour faire du programme NEURON le drone de combat opérationnel indispensable au forces aériennes européennes dans les années à venir ?

Objectifs et Historique du programme NEURON

Le programme NEURON, lancé initialement en 2003 par la ministre de La Défense française Michelle Alliot-Marie, répondait à un besoin clairement identifié par l’Etat-Major de l’Armée de l’Air : à horizon 2030, la densification et les performances des systèmes anti-aériens pourront empêcher des avions de combat conventionnels, comme le Rafale, d’exécuter leurs missions, privant les forces aériennes françaises d’une capacité clé, celle « d’entrer en premier » au dessus d’un territoire contesté. Raison pour laquelle il fut décidé, sur la base des travaux menés par Dassault sur les démonstrateurs Petit-Duc et et Moyen-Duc destinés à étudier les technologies de furtivité et des drones de combat et entamés en 1999, de confier à l’avionneur français l’étude préalable du « Grand Duc », qui deviendra par la suite le programme européen Neuron.

le démonstrateur AVE-D Petit Duc de Dassaut Aviation lors des essais. Il mesurait 2 m d’envergure et ne dépassait pas les 50 kg

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles d’actualité sont accessibles 24 heures, et les articles Magazine le sont 48 heures. Au delà, elles ne peuvent être consultées que par les abonnés au service Meta-Defense. Les articles traitant de sujets sensibles sont réservés aux abonnés dès leur publication.

Abonnement personnel à 4,95 € par mois, 2,50 € par mois pour les étudiants et 18 € par mois pour les abonnements professionnels. La souscription annuelle offre 2 mois gratuits.


Téléchargez l’application Mobile Meta-Défense pour IOS ou Android pour être informé des nouvelles publications par notification.

Disponible sur Google Play
Disponible sur l Apple Store

A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR