En Asie du Sud-Est, le nombre de sous-marins a augmenté de 300% en 20 ans

Avec la montée en puissance de la flotte chinoise, qui ambitionne d’égaler l’US Navy d’ici 2050, et la politique de faits accomplis parfois mise en oeuvre par Pékin, les tensions navales dans le Sud-Est asiatique sont allées crescendo depuis une dizaine d’années. On ne s’étonnera pas, dès lors, de constater que la majorité des pays de la zone développent et modernisent leurs Marines, parfois de façon conséquente. Au delà du Japon, des deux Corées, de l’Australie et de l’Inde, beaucoup de Marines, qui jusque là étaient cantonnées à des missions de défense côtière et d’action de l’Etat à la Mer, se voient désormais dotées de capacités hauturières, et de bâtiments de premier rang.

Indonésie

Forte de 74.000 hommes, la Marine indonésienne est une des plus importantes du théâtre d’opération. Elle met en oeuvre plusieurs types de navires, allant du sous-marin d’attaque(5 unités) à la frégate(8 unités), en passant par des corvettes (25 unités) et des navires d’assaut (6 unités) et des dragueurs de mines (12 unités).

La frégate Martadinata, première unité de la classe éponyme, est caractéristique du renouveau de la Marine Indonésienne

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès gratuit intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits ». Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels. L’abonnement doit être souscrit sur le site web de Meta-Défense


A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR