Arme laser aéroportée : le US Special Operations Command ambitionne un démonstrateur à l’horizon 2022

Après des années de report et initialement attendue pour l’année fiscale 2019, la perspective d’intégrer un système d’arme laser à la vaste panoplie d’armements du gunship AC-130J Ghostrider semble se préciser à nouveau et est désormais espérée pour 2022. Dévoilé en mai dernier par l’Air Force Special Operations Command (AFSOC), ce programme est susceptible d’apporter des capacités tactiques inédites mais dont les contours et le périmètre d’action demeurent néanmoins incertains. Pour bien comprendre les enjeux opérationnels sous-tendus par la technologie laser, que de nombreux disent révolutionnaires, il convient d’en cerner le fonctionnement, les forces mais aussi les faiblesses.

Les armes dites laser agissent par effet thermique et par la concentration d’un faisceau laser sur une surface, entraînant l’échauffement de cette dernière jusqu’à la perforer. Elles ne propulsent aucune matière mais de l’énergie thermique. Plus cette énergie est puissante, plus les cibles traiter peuvent être importantes. D’un faible coût d’utilisation, un tir laser peut perdre en efficience au gré des variations climatiques (brouillard, tempête de sable, etc.) bien qu’il possède une très grande directivité de son faisceau par temps clair, lui permettant d’atteindre des cibles très éloignées – jusqu’à plusieurs centaines de kilomètres en théorie – avec une faible dispersion d’énergie et avec une gradation des effets en fonction des besoins et du type de cible (drone, aéronef, véhicule terrestre, etc.).

Réalisé en août 2008, le premier tir d’essai d’un « laser chimique à haute énergie » (Chemical Oxygene Iodine Laser) avait déjà eu lieu à bord d’un avion de transport C-130H de Lockheed Martin. D’une portée avoisinant les 20 kilomètres, le dispositif pesait entre 5 à 7 tonnes.

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles d’actualité sont accessibles 24 heures, et les articles Magazine le sont 48 heures. Au delà, elles ne peuvent être consultées que par les abonnés au service Meta-Defense. Les articles traitant de sujets sensibles sont réservés aux abonnés dès leur publication.

Abonnement personnel à 4,95 € par mois, 2,50 € par mois pour les étudiants et 18 € par mois pour les abonnements professionnels. La souscription annuelle offre 2 mois gratuits.


Téléchargez l’application Mobile Meta-Défense pour IOS ou Android pour être informé des nouvelles publications par notification.

Disponible sur Google Play
Disponible sur l Apple Store

A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR