Covid-19 : l’Armée de l’Air renonce à ses hélicoptères lourds, mais pas à la modernisation de ses capacités

Il y a quelques mois, la confirmation par Aviation Week que l’Armée de l’Air française était prête à louer puis à acquérir des hélicoptères lourds CH-47 Chinook avait fait grand bruit. Il faut dire que les besoins en hélicoptères de transport de gros tonnage est énorme, notamment pour le soutien aux opérations françaises en Afrique. Avec l’acquisition d’un petit nombre de CH-47, la France n’aurait alors plus été dépendante des hélicoptères déployés par ses alliés, comme le Royaume-Uni ou le Danemark.

Malheureusement, c’était à prévoir, la crise économique post-coronavirus va très probablement conduire au report ou à l’annulation de ce programme. Cependant, pour le chef d’état-major de l’Armée de l’Air, une telle annonce ne serait pas nécessairement une mauvaise nouvelle. En effet, dans le contexte économique actuel, l’acquisition de matériels produits en France serait prioritaire. Ce qui permettrait à l’Armée de l’Air d’anticiper le renouvellement de ses hélicoptères de transport Puma, mais aussi d’accélérer la livraison de chasseurs Rafale ou de ravitailleurs A330 MRTT Phénix.

Après plusieurs années d’hésitations, l’Armée de l’Air devait enfin se doter de CH-47, compléments idéals à ses avions de transport CN-235.

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles en accès gratuit intégral sont accessibles dans la rubrique « Articles Gratuits ». Les abonnés ont accès aux articles Actualités, Analyses et Synthèses en intégralité. Les articles en Archives (plus de 2 ans) sont réservés aux abonnés professionnels. L’abonnement doit être souscrit sur le site web de Meta-Défense

Jusqu’à dimanche seulement, profitez de 20% de réduction sur votre abonnement annuel (pro/perso/étudiant) avec le code ETE2021


A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR