Le « GPS Britannique » ne verra probablement jamais le jour

En 2018, à l’annonce de l’éviction du Royaume-Uni du programme Galileo pour cause de Brexit, les vives réactions émanant de la classe politique et du gouvernement britannique avaient achevé de convaincre Theresa May de brandir la menace d’ériger un système de géo-positionnement national et indépendant de l’initiative européenne. Une étude de faisabilité et 130 millions de livres sterling plus tard, le symbole de l’indépendance post-Brexit souffre incontestablement d’un retard à l’allumage. Des désaccords entre ministres et hauts fonctionnaires britanniques se font désormais jour quant à la viabilité d’un projet onéreux mais non moins stratégique dans un contexte international particulièrement dégradé.

En effet, d’après un article du Daily Telegraph en date du 8 mai, certains officiels du Cabinet Office et du Department for Business, Energy and Industrial Strategy feraient pression sur le gouvernement britannique pour qu’il reconsidère l’ambition d’un système GPS « made in UK ». Bien que publiquement soutenu par le Premier ministre Boris Johnson, le coût estimé du projet oscillant de 3 à 5 milliards de livres sterling pourrait avoir raison de ce dernier, dans un climat économique fortement dégradé par la crise du Covid-19. L’étude de faisabilité qui devait être publiée en mars dernier est à l’arrêt et retardée d’ « au moins six mois ». C’est pourtant cette même étude qui doit établir l’architecture du projet et lancer les premiers travaux. Une autre étude aurait été lancée par le Cabinet Office pour questionner la pertinence, le périmètre et la forme d’un système de géolocalisation national, obscurcissant ainsi davantage l’horizon de ce dernier.

Comme le système GPS américain, le Glonass russe ou le BeiDou chinois, Galileo s’appuie sur une constellation d’une trentaine de satellites. La mise en oeuvre d’un réseau parallèle purement britannique, à l’heure du Brexit, est sans doute parfaitement illusoire. D’autres alternatives techniques sont cependant possibles pour des usages militaires plus spécifiques.

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Les articles d’actualité sont accessibles 24 heures, et les articles Magazine le sont 48 heures. Au delà, elles ne peuvent être consultées que par les abonnés au service Meta-Defense. Les articles traitant de sujets sensibles sont réservés aux abonnés dès leur publication.

Abonnement personnel à 4,95 € par mois, 2,50 € par mois pour les étudiants et 18 € par mois pour les abonnements professionnels. La souscription annuelle offre 2 mois gratuits.


Téléchargez l’application Mobile Meta-Défense pour IOS ou Android pour être informé des nouvelles publications par notification.

Disponible sur Google Play
Disponible sur l Apple Store

A lire également

You cannot copy content of this page
Meta-Défense

GRATUIT
VOIR